Cergy : des soins pour les Palestiniens de la région de Ramallah

Ashraf Hashlamoun, médecin généraliste, travaille nuit et jour au nouveau laboratoire d'analyse de Kufor Nima. / © France 3 Paris Île-de-France / Mélissa Genevois
Ashraf Hashlamoun, médecin généraliste, travaille nuit et jour au nouveau laboratoire d'analyse de Kufor Nima. / © France 3 Paris Île-de-France / Mélissa Genevois

Le projet « Réalisation d’un laboratoire d’analyses médicales à KUFOR NIMA » soutenu par la ville de Cergy, le secours populaire et l’Association Bouffémont Palestine a vu le jour en avril dernier. Il permet aux 5 500 habitants de Saffa et à ceux des 27 villages alentours d’avoir un accès aux soins.

Par Mélissa Genevois

Près de 20 km, plusieurs dizaines de minutes qui se muent parfois en heures passées aux checkpoints : voilà ce qu’un Palestinien de Saffa devait endurer pour aller faire une simple prise de sang. Aujourd’hui, avec son nouveau laboratoire d’analyse, la ville de Kufor Nima offre des soins à proximité des habitants.

Un projet cofinancé par la région


En avril dernier, le laboratoire de Kufor Nima a ouvert ses portes à près de 75 000 palestiniens qui l'attendaient. Ce projet, à hauteur de 40 000 euros, a été co-financé par le conseil régional d’Île-de-France (12 500 euros). Il est le fruit de la collaboration entre plusieurs associations comme l’Association France Palestine Solidarité Val-d’Oise (AFPS), ou encore l’Association Bouffémont Palestine (ABP). Différentes villes telles que Cergy et Fosses (95) ou encore celle de de Bil’in, en Palestine, ont aussi participé à son élaboration. 

La circulation sur le territoire est extrêmement compliquée pour les 3 500 habitants de Saffa, dont le territoire est coupé par le mur. / © France 3 Paris Île-de-France / Mélissa Genevois
La circulation sur le territoire est extrêmement compliquée pour les 3 500 habitants de Saffa, dont le territoire est coupé par le mur. / © France 3 Paris Île-de-France / Mélissa Genevois

Une équipe composée d’un orthopédiste, d'un médecin généraliste et d'un laborantin y travaille jour et nuit. En journée, ce laboratoire est ouvert au public. La visite coûte aux alentours de 10 schillings, contre le triple voir le quadruple en clinique privée dans la capitale.

Un laboratoire pour colmater la faille


Le centre d'analyses se situe non loin du mur de séparation entre Israël et la Palestine. Les villages alentours, parfois coupés en deux il y a près de 10 ans, se sont retrouvés dépourvus de services publics. Le mur bouleverse l’infrastructure des villages et empêche les habitants de circuler convenablement.

Ce projet permet de soulager l’hôpital de Ramallah en matière d’analyses médicales mais surtout d’offrir des soins, parfois d’urgence, aux patients cardiaques et diabétiques aux portes de leurs villages. Il sert notamment  aux femmes et aux enfants dont la mobilité est plus difficile.


Cependant, le projet n’est pas totalement finalisé. Même si son avancement lui a permis de recevoir ses premiers patients, le laboratoire de Kufor Nima a encore besoin de matériel. Il est possible de faire un don à l’association AFPS (http://www.france-palestine.org/Faire-un-don) pour participer au projet.

Sur le même sujet

La flute enchantée

Près de chez vous

Les + Lus