Depuis douze ans son existence était menacée. La cité de la Jarry, ancien bâtiment industriel de Vincennes (Val-de-Marne) devenu peu à peu le plus grand squat artistique de la région, a été définitivement évacuée jeudi matin. Depuis les années 1990, artistes, artisans, familles et marginaux s'étaient rassemblés dans la structure à l'abandon. Elle a abrité jusqu'à 300 personnes. 

La mairie de Vincennes et la préfecture s'étaient réunies lundi pour plannifier l'évacuation, ordonnée depuis avril 2016. La majorité de ses occupants l'avait donc anticipée et 47 personnes seulement ont été sorties du bâtiment "dans le calme", selon l'AFP. 

"Une verrue dans le quartier"


La cité de la Jarry - 45 000 mrépartis sur 6 étages - a été rachetée en 2015 par les communes de Vincennes et Fontenay-sous-Bois réunies en syndicat intercommunal. L'objectif était de démolir le bâtiment, qui, d'après la mairie de Vincennes, "avait perdu sa vocation depuis de nombreuses années". Dans un quartier cossu, la cité de la Jarry représentait, d'après le maire UDI Laurent Lafon, "une verrue dans le quartier".

Un projet de Jean Nouvel proposait de réhabiliter l'endroit en mêlant lycée, logements et bureaux. Il a été jugé "irréaliste" et écarté. Le bâtiment doit donc être détruit pour construire un lycée. Il "accueillera 800 lycéens et sera également doté d'un gymnase et de logements de fonction pour le personnel enseignant", assure la préfecture du Val-de-Marne.