A quand la baignade dans la Marne ?

Le Big Jump organisé sur la Marne ce dimanche 9 juillet 2017 / © France 3 Ile de France / Anaïs Hanquet
Le Big Jump organisé sur la Marne ce dimanche 9 juillet 2017 / © France 3 Ile de France / Anaïs Hanquet

Il n'y a pas que dans la Seine qu'on souhaite se baigner...Sur les bords de Marne, ce dimanche 9 juillet, à partir de 14 heures se déroulera au pont de Chennevières à Saint-Maur, le traditionnel Big Jump, "le grand saut" ponctuant la journée européenne pour la baignade en rivière.

Par France 3 Ile de France / EB

Le Big Jump est une journée festive qui s’adresse au grand public : partout en Europe, le même jour, à la même heure, des milliers de personnes vont plonger dans les rivières, plans d’eau, bord de mer… ou simplement tremper le pied, symboliquement. Cette manifestation organisée chaque année vise à sensibiliser les citoyens à la qualité de l’eau et ses enjeux, en se réappropriant sa rivière.


A quand la baignade dans la Marne ?


Ce dimanche à 14 heures, à Saint-Maur sur les bords de Marne, les participants glisseront un pied dans l'eau ou plus, pour montrer leur attachement à leur rivière et leur souhait de reconquérir une bonne qualité d’eau. 

Il est interdit de se baigner dans la Marne depuis 1970



La baignade en Marne fut interdite en 1970 par arrêté préfectoral et elle est toujours interdite aujourd’hui. La réglementation qui s’applique est désormais européenne, issue de la Directive Baignade de 1976 et de la nouvelle directive de 2006. Avec la nouvelle directive, deux paramètres sont à suivre particulièrement : les teneurs en bactérie Escherichia Coli (dite E.Coli) et les concentrations en bactéries Entérocoque.

Le Syndicat Marne-Vive, organisateur du Big Jump de Saint-Maur, souhaite améliorer la qualité de la rivière pour pouvoir retrouver un jour la possibilité de se baigner dans la Marne.

D'après le syndicat, les études menées montrent que la qualité de l’eau s’est nettement améliorée depuis vingt ans, mais qu’elle n’est pas encore suffisante pour permettre une autorisation « pérenne » de la baignade. Néanmoins, plusieurs jours par an, les concentrations de bactéries sont inférieures aux normes européennes et pourraient permettre une autorisation temporaire de la baignade sur des espaces bien délimités, souligne le Syndicat.


A lire aussi

Sur le même sujet

in situ BA cs

Près de chez vous

Les + Lus