Angers : A Singer must die choisit la pop pour la vie

© Jérôme Sevrette
© Jérôme Sevrette

On la dit mélancolique, sombre, la pop des Angevins A Singer must die est surtout inspirée et sensible, légère et mélodique. Le groupe sort tout juste de studio où il a enregistré un sept titres. Il jouera dans l'émission "Ce soir avec vous" programmée ce vendredi à 23h05 sur notre antenne...

Par Eric Guillaud

A Singer must die n'est pas né d'hier et il n'est pas prêt de disparaître. Malgré ce que pourrait laisser imaginer son nom, le groupe angevin, pardon nanto-angevin, a la vie devant lui et la pop pour large horizon. Alors pourquoi A Singer must die ? Tout simplement en référence, en hommage, et on aime les hommages dans le groupe, à une chanson de Leonard Cohen écrite dans les années 70. Souvenir souvenir...
Leonard Cohen
Lancé en 2005 sous la forme d'un duo réunissant Manuel Ferrer et Philippe Le Guern, A Singer must die se fait très vite repéré outre-manche, pour sa musique, pour ses textes, et pour ses atmosphères so british. Résultat, un disque en 2007, "Today, it's a Wonderful Day" produit par une maison écossaise, des concerts en Angleterre et même des sessions live, à la BBC notamment.
A Singer must die
L'année 2007 est aussi marquée par le départ de Philippe Le Guern. Manuel Ferrer poursuit sa route, remonte un duo avec Tomasz Jankowski - c'est l'époque God Elvis - et finit par trouver son équilibre en 2011. C'est le moment de la renaissance. A Singer must die compte alors 5 musiciens, et bientôt 6 !

Manuel Ferrer au chant, Manuel Bichon et Romy Marx à la guitare, Olivier Bucquet à la Basse, Régis Martel à la batterie et Emilie Buttazzoni au vibraphone... A Singer must die a désormais tout du respectable groupe pop. Alors, fini le travail à deux têtes ? Pas vraiment. A Singer must die reste quelque part un duo, confie volontiers Manuel Ferrer : "Il y a un noyau dur formé par Manuel Bichon et moi-même". 

En 2012, la nouvelle formation est sur les rails et travaille sur le projet de livre-objet "Terres Neuves" initié par le photographe Jérôme Sevrette et dans lequel se répondent photographie, musique et écriture. A Singer must die compose à cette occasion "The Armless Sailor". Respirez, écoutez et prenez le large...
A singer must die - The Armless Sailor
La même année, A Singer must die mixe un sept titres dans le studio du producteur anglais Ian Caple, un mythe qui a notamment travaillé avec Tindersticks, Divine Comedy, Yann Tiersen et sur l'album "Fantaisie militaire" de Bashung. Belles références !

Plus lumineux, plus solaire, plus orchestral... mais toujours teinté de mélancolie, ce nouvel album, virtuel pour le moment puisque le groupe cherche avant tout une maison de disque, trouve ses racines dans plusieurs courants, que ce soit le rock, la pop atmosphérique, le cabaret, la musique de film ou la pop orchestral.

Les influences du groupe ne sont pas un mystère : "Depuis The Smiths jusqu'à Pulp, en passant par The Divine Comedy, Blur, David Bowie dans sa première période" précise Manuel Ferrer. On pourrait ajouter Nick Cave, Lou Reed et bien sûr les Beatles. "Nous ne faisons pas de reprises, enfin pour l'instant, mais nous rendons hommage à ceux qu'on aime dans nos morceaux". La preuve ici...
A singer must die - Smoky Mourners
Pour découvrir le groupe en live, rien de plus simple, il se produira le 2 mai au Ferrailleur à Nantes en compagnie de And Also the Trees, le 7 juin à Chartres-de-Bretagne à l'occasion du vernissage de l'exposition des photographies de "Terres Neuves", avec cette fois Complot et Tue Loup.

Mais avant cela, vous pourrez le retrouver dans l'émission "Ce Soir avec vous" diffusée vendredi 26 avril à 23h05 sur France 3 Pays de la Loire. Le groupe jouera deux titres sur la scène de Trempolino et répondra aux questions de notre spécialiste des musiques actuelles, Vincent Calcagni.

Plus d'infos sur la page facebook de A Singer must die.

Sur le même sujet

toute l'actu musique

La Baule. Mesures de sécurité importantes pour le feu d'artifice du 14-Juillet

Près de chez vous

Les + Lus