Nantes journée de la jupe : les lycéens mobilisés contre le collectif de la Manif pour tous

300 lycéens ont défendu leur idée de la "journée de la jupe" pour lutter contre le sexisme devant le lycée Clemenceau. Une centaine de militants radicaux manifestaient eux pour faire interdire cette initiative soutenue par l'Académie.

  • Par Xavier Collombier
  • Publié le , mis à jour le
"Manif pour tous" contre lycéens à Nantes ce jeudi devant Clemenceau. © JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

© JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP "Manif pour tous" contre lycéens à Nantes ce jeudi devant Clemenceau.

Face à face

Les militants du "printemps français" et "de la Manif pour tous" à l'origine de la polémique, à 13 heures manifestaient devant le lycée Clemenceau de Nantes afin de voir la "journée de la jupe" ,pour lutter contre le sexisme, annuler par le ministère de l'Éducation nationale. Ils voient dans cette initiative lycéenne soutenue par l'Académie, une manière diffuse d'imposer la théorie de genre dans les lycées français. Malgré toute les dénégations officielles à commencer par celle du ministre Benoit Hamon hier à l'Assemblée, ces militants proches de Christine Boutin et de la frange radicale de l'UMP ( à l'image de la chef de l'opposition municipale à Nantes Laurence Garnier) continuent à considérer qu'il est demandé aux lycéens garçons de venir obligatoirement en jupe demain pour suivre les cours.


Ils étaient une petite centaine, les cheveux poivres et sel avec des banderoles "Le gender c'est pas mon genre" et "Non au gender". Face à eux, 300 lycéens scandaient "pas de fachos au lycée" "fachos dehors" ou "égalité".

Une nouvelle manifestation demain

Demain, vendredi la journée de la jupe aura bien lieu. Une contre manifestation est également prévue par le collectif dit "de la manif pour tous".
Soulève ta jupe l'opération aura lieu demain vendredi. © Jean Francois Frey / MAXPPP

© Jean Francois Frey / MAXPPP Soulève ta jupe l'opération aura lieu demain vendredi.



Division de la droite nantaise



Suite à la prise de position hier de Laurence Garnier, la candidate malheureuse de l'UMP à la mairie de Nantes, et à son communiqué où elle reprend mot à mot les arguments des anti-mariage pour tous - "Après avoir pris le temps de vérifier l'information, j'ai pu constater que ce n'était ni un canular, ni une rumeur non fondée, ni même un coup de com', mais bien une journée organisée et validée par l'Académie de Nantes dans 27 lycées de son territoire. On marche sur la tête !" écrivait-elle hier- les centristes de l'UDI prennent leur distance.

La réaction lycéenne a été soutenue également par les élus socialistes nantais.



les + lus
les + partagés