publicité

Nantes : la journée de la jupe affiche son succès

De nombreux garçons sont venus en jupe ce matin au Lycée Clemenceau, sans doute pour répondre à la polémique des groupes radicaux demandant l'annulation de cette journée contre le sexisme organisée par les lycéens.

  • Par Xavier Collombier
  • Publié le 16/05/2014 | 11:13, mis à jour le 17/05/2014 | 22:21
Un geste militant contre le sexisme plus qu'un carnaval. © JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

© JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP Un geste militant contre le sexisme plus qu'un carnaval.

Un succès 

L'initiative  du Conseil académique de la vie lycéenne n'aura jamais eu autant de retentissement. L'année dernière cette journée symbolique de lutte contre le sexisme à l'école, basée sur l'ouvrage de l'universitaire angevine Christine Bard sur l'histoire des codes vestimentaires, symbole du sexisme et de la discrimination entre hommes et femmes, s'est déroulée dans une indifférence générale. 

Après les éditos du Figaro, les questions d'une députée UMP de l'Orne à Benoit Hamon voyant là un moyen détourné de faire entrer dans les écoles françaises la théorie du genre et la polémique entretenue par les milieux radicaux issus du collectif "la manif pour tous", les lycéens ce matin ont répondu présent pour cette journée pédagogique.


Aux Sables-d'Olonne, des professeurs ont également joué le jeu comme le remarque le Huffingtonpost.


Pas de manifestant en rose et bleu

Ce matin le collectif des opposants n'était pas présent devant les lycées. Des manifestants sont annoncés à midi à Nantes comme hier devant le lycée Clemenceau.

Le reportage ce matin

Au lycée Clemenceau de Nantes (Loire-Atlantique), près d'une centaine de garçons sont venus en cours vêtus d'une jupe, vendredi 16 mai. Ils ont répondu à l'appel de l'opération polémique "Ce que soulève la jupe", contestée par les opposants au mariage pour tous. Pierre, Louis, Barthélémy, Martin et les autres ne sont pas peu fiers, dans leurs jupes bleues, violettes, noires ou à fleurs, à volants ou moulantes, voire en kilt pour certains. "Je l'ai empruntée à ma sœur", explique l'un. "Moi c'est ma mère qui me l'a prêtée", dit l'autre. "Ils n'ont pas peur du ridicule et je les admire" Sarah, Ileana, Lea et Anne, toutes en jupe, discutent ensemble. "Moi, par exemple, je me mets jamais en jupe au lycée : on a des regards, on sait que ça parle dans notre dos...", reconnaît l'une d'elles. Les garçons en jupe, "ça nous fait plaisir, parce qu'ils ont du courage franchement. Ils n'ont pas peur du ridicule et je les admire..."






La guerre de la jupe chez les éditorialistes

Hier dans le Figaro l'éditorialiste Yves Thréard a donné le ton des manifestants contre l'initiative nantaise "Ceux qui ont été séduits par la femme à barbe du concours de l’Eurovision devraient être conquis par l’expérience cautionnée par l’académie de Nantes, avec l’aval du ministère. Ce vendredi, les lycéens, garçons et filles, sont invités à assister aux cours en jupe.
(...) " Donc, pour lutter contre le sexisme, pourquoi ne pas instituer le jour de la jupe pour tous ? À ce compte-là, on peut s’attendre à beaucoup d’autres initiatives. Pour lutter contre la déprime des jeunes, exigeront-ils une journée du cannabis pour tous ? Et, bientôt, pour vaincre la timidité, les inhibitions et les préjugés, une journée « tous à poil », comme le titre du fameux livre pour les élèves de maternelle ?"

Avant-hier, Véronique Soulé de Libération de son côté expliquait  "Ces temps-ci, les réacs de tout poil, pour qui la famille est sacrée et le sexe tabou, sont à l’affût de la moindre occasion pour provoquer le scandale. L’école est devenue leur terrain de prédilection. Au départ, rappelle Libération, une idée d’élèves nantais élus au conseil académique de la vie lycéenne : organiser une journée de lutte contre le sexisme baptisée. Ce jour-là, filles et garçons, profs comme élèves, sont invités à porter une jupe ou un autocollant 'Je lutte contre le sexisme, et vous ?' et à assister à des débats sur les discriminations à l’école. L’an dernier, 20 lycées, sur les 220 de l’académie, l’ont organisée sans le moindre problème."

les + lus
les + partagés