Drogue au volant : nouveaux tests salivaires de contrôle

Le test salivaire anti drogue utilisé aujourd'hui.  / © Julien Balboni / MAXPPP
Le test salivaire anti drogue utilisé aujourd'hui. / © Julien Balboni / MAXPPP

De nouveaux tests salivaires sont expérimentés  à partir d'aujourd'hui contre l'utilisation de stupéfiant au volant pour remplacer la prise de sang de confirmation. De nombreux accidents impliquant des automobilistes ayant consommé du cannabis ou de la cocaïne ont eu lieu cet été en particulier dans notre région.

Par Xavier Collombier

Deux tests salivaires

Aujourd'hui pour confirmer qu'un automobiliste est sous l'emprise de stupéfiant, un premier test salivaire est réalisé. Si il est positif, une prise de sang est ensuite effectuée par les autorités dans un centre hospitalier. Résultat une procédure longue, coûteuse et beaucoup de contrevenants qui passent entre les gouttes.
Devant la recrudescence des accidents avec des automobilistes ayant consommé de la cocaïne ou du cannabis, le délégué interministériel à la Sécurité routière Jean-Robert Lopez, a annoncé hier l'expérimentation d'un deuxième test salivaire au lieu de la prise de sang.

Traces de stupéfiants dans 30% des accidents mortels

En France dans 30% des accidents mortels, des traces de stupéfiants sont détectés. "Jusqu’à présent, les stupéfiants n’étaient détectés que dans les cas d’accidents mortels : on agissait après, mais il n’y avait pas de prévention autour des stupéfiants au volant. Avec ces tests salivaires qui viennent simplifier la donne, on va pouvoir procéder à des contrôles ciblés qui permettront assurément de faire baisser la courbe de l’accidentalité. " se félicite le président de l'association de conducteurs 40 millions de conducteurs.

Les taux de détection du dépistage salivaire

Depuis 2008 conduire sous l'influence de stupéfiant est un délit. Un décret définit les taux de détection du dépistage minimum pour être déclaré positif.
  • pour le cannabis (THC) : 15ng/ml de salive
  • pour les amphétamines : 50 ng/ml de salive
  • pour la cocaïne : 10 ng/ml de salive
  • pour les opiacés (morphine) : 10 ng/ml de salive.
Au dessous de ces seuils, les tests sont dits négatifs.

Combien de temps ces drogues restent elles dans la salive ?

La molécule du cannabis est détectable jusqu'à 12 heures dans la salive chez un fumeur régulier, 4 heures en moyenne pour un fumeur occasionnel. Pour les autres drogues, elles sont visible beaucoup plus longtemps, à la différence des analyses sanguines où le cannabis reste identifiable sur de longs mois.

  • Amphétamine 10 à 30h A partir de : quelques minutes, Jusqu’à : 40-60 heures
  • Cocaïne et Crack 0,5 à 1,5 h (cocaïne) A partir de : quelques minutes Jusqu’à : 40-60 heures
  • Morphine, Héroïne et opiacés 3 à 20 min (Diacetylmorphine) A partir de : quelques minutes Jusqu’à : 36-48 heures






A lire aussi

Sur le même sujet

La Baule. Mesures de sécurité importantes pour le feu d'artifice du 14-Juillet

Près de chez vous

Les + Lus