publicité

Nantes : manifestation aujourd'hui contre les "violences policières" et blancs-blocs anti-aéroport

Une nouvelle manifestation aujourd'hui à Nantes à l'appel d'une vingtaine de collectifs, le rassemblement est prévu à 14h devant le palais de justice, parmi les manifestants, les blancs-blocs pour organiser une "résistance passive" entre zadistes et policiers

  • Par Christophe Turgis
  • Publié le 22/11/2014 | 10:22, mis à jour le 22/11/2014 | 15:44
Une nouvelle manifestation sans demande d'autorisation aujourd'hui à Nantes contre les violences policières, les autorités redoutent de nouvelles actions de casseurs © Franck Dubray / Maxppp

© Franck Dubray / Maxppp Une nouvelle manifestation sans demande d'autorisation aujourd'hui à Nantes contre les violences policières, les autorités redoutent de nouvelles actions de casseurs

Les transports publics annoncent des fermetures de lignes de bus et de tram, que ce soit sur le réseau Tan ou Lila. Les commerçants ont été invités à baisser le rideau tant les autorités craignent les débordements. On attend à priori beaucoup de monde pour cet appel national à manifester contre les "violences policières". Les zadistes de Notre-Dame-des-Landes en ont donné un avant goût hier en s'attaquant à la gendarmerie de Sautron, pour tenter de faire libérer ceux d'entre-eux, "pris en otages", entendre par là , entendus par les gendarmes dans une enquête !


Une nébuleuse de collectifs pour, et des Verts... contre

Difficile de dresser la liste des collectifs d'opposants à l'aéroport, ou résolus à en découdre avec la police. Aucune demande d'autorisation de manifester n'a d'ailleurs été déposée en préfecture.

Hier, la maire de Nantes, Johanna Rolland, a demandé au préfet de prendre toutes les dispositions nécessaires pour maintenir l'ordre et éviter à nouveau que le centre ville ne montre encore une fois des images d'ultra-violence urbaine. "Le droit de manifester est un droit fondamental de notre République. J’y suis attachée et il doit être scrupuleusement respecté. Mais il s’accompagne évidemment d’un droit à la sécurité pour les habitants de notre ville mais aussi pour les manifestants eux mêmes. Il ne peut être question pour moi de confondre le droit démocratique de manifester et l’intention de ceux dont le seul objectif est d’affronter les forces de l’ordre et de dégrader les biens publics et privés".

Les Verts de leur côté n'appellent pas à manifester. "Comme pour la manifestation du 1er novembre à Nantes, les conditions d’un déroulement paisible ne semblent pas être réunies. C’est pourquoi Europe Écologie - Les Verts Nantes et les élus écologistes et citoyens n’appellent pas à manifester demain.
Manifester est un droit fondamental qui doit se faire dans le respect et dans le cadre d’une démarche pacifiste. Cela a eu lieu lors de l’hommage à Rémi Fraisse sur le site de Notre-Dame-des-Landes le 8 novembre dernier
".

Seule l'Acipa par la voix de Françoise Verchère a fait part de sa volonté de participer à la manifestation. En s'interposant sous forme de "blancs-blocs". "Cessons de laisser dire et croire que notre appel à des manifestations sans dérapage ne serait qu'un mauvais alibi pour masquer notre propre peur : la peur est certes bien compréhensible dans le contexte actuel, mais elle ne nous paralyse pas ! Cessons de regarder avec désolation les violences comme si nous ne pouvions rien y faire : non, nous ne sommes pas démunis ! Constituons des "blancs-blocs" nombreux, bien visibles et identifiables, agissant fermement dans le respect de l'intégrité des personnes. Dès le 22, nous proposons que le plus grand nombre possible de personnes arborent très visiblement écharpes, coiffures, vêtements blancs ..."


les + lus
les + partagés
publicité
Notre Dame des Landes sur Twitter
#NDDL Instagram