L'académie de Nantes va décaler les dates des vacances de Pâques

Une classe de primaire dans le village morbihannais de Réguiny, le 19 septembre 2017. / © François Destoc/Maxppp
Une classe de primaire dans le village morbihannais de Réguiny, le 19 septembre 2017. / © François Destoc/Maxppp

En raison de jours fériés multiples, la semaine de retour des vacances de Pâques 2018 en zone B va être criblée de trous. Suivant l'exemple des académies d'Orléans-Tours et de Rennes, celle de Nantes décale les congés du soir du mercredi 25 avril au soir du lundi 14 mai 2018.

Par V.P.

Après les académies d'Orléans-Tours et Rennes, l'académie de Nantes s'apprête elle aussi à décaler les dates des vacances scolaires du printemps. Prévue initialement du soir du vendredi 21 avril 2018 au soir jusqu'au matin du lundi 7 mai pour la zone B, cette période de congés pourrait démarrer plus tard, au soir du mercredi 24 avril, et s'étendre jusqu'au matin du lundi 14 mai.

Pourquoi deux semaines et demie de vacances? Les dates originelles, pourtant décidées il y a trois ans, laissaient à découvert deux jours feriés sur la semaine de retour en classe, le 8 mai, pour la célébration de la fin de la Seconde guerre mondiale, et le 10 mai pour l'Ascension (voir schéma ci-dessous).


En couleurs bleues, la zone B concernée par l'anomalie de calendrier des vacances scolaires de printemps, dont font partie l'académie de Nantes et ses voisines, Rennes et Orléans-Tours. À droite, le calendrier en question, avec une semaine de retour en classe tronquée par deux jours fériés entourant un mercredi. / © Valentin Pasquier
En couleurs bleues, la zone B concernée par l'anomalie de calendrier des vacances scolaires de printemps, dont font partie l'académie de Nantes et ses voisines, Rennes et Orléans-Tours. À droite, le calendrier en question, avec une semaine de retour en classe tronquée par deux jours fériés entourant un mercredi. / © Valentin Pasquier


Cette semaine criblée de trous, auquel il faut ajouter l'après-midi chômé du mercredi 9 mai pour certains élèves et un probable pont de l'Ascension le 11 mai, fait craindre aux enseignants une période blanche pendant laquelle ils ne pourront pas avancer sur les programmes. Certains chefs d'établissement, notamment les collèges et lycée à options ou à internats, souligne aussi la difficulté de faire venir les étudiants résidant loin de leur établissement pour aussi peu de cours pendant cette semaine tronquée.


Décision officielle en novembre



Alors que ses voisins du Centre-Val de Loire et de Bretagne avaient convoqué collectivités locales et syndicats pour un dialogue et décider du changement de date, le rectorat de Nantes a seulement demandé l'approbation des représentants enseignants par téléphone. "On nous a juste fait comprendre que "tout le monde était d'accord de toutes façons", c'était une méthode un peu cavalière", raconte Emmanuel Séchet, délégué SNES, qui a été mis au courant de l'initiative mardi 26 septembre.

La décision deviendra officielle en novembre 2017 avec la signature d'un arrêté. D'ici là, le rectorat va dialoguer avec la Région pour que les transports publics, notamment les lignes scolaires, soient organisés en fonction de ces modifications de dates.

Sur le même sujet

ND DEs Landes : Yannick Favennec interpelle Nicolas Hulot

Près de chez vous

Les + Lus