Hellfest 2017 : cinq questions à... Harm Done

Harm Done - ça va décoiffer ! / © Marcus Ulbrich
Harm Done - ça va décoiffer ! / © Marcus Ulbrich

Les Harm Done n'ont jamais fait dans la dentelle. Leur style à eux, c'est le powerviolence, une musique aussi directe et brutale qu'un uppercut de Rocky Marciano. Ils montent sur scène comme d'autres montent sur un ring. Attention, ça peut faire mal. Interview express...

Par Eric Guillaud

Les décibels risquent de cogner fort du coté de la Warzone ! Les Harm Done ont beau écouter Maître Gims dans leur van de tournée - oui oui ils nous l'ont avoué - ce n'est plus la même limonade lorsqu'ils montent sur scène. Les quatre Nantais ont appris depuis 2013 à donner dans le côté sauvage, brutal, presque animal. Attention aux morsures...

Pour ceux qui reviendraient d'un stage de visionnage critique des Bisounours, Harm Done, c'est ça... Aïe !
HARM DONE - Two Worlds/No Authority But Mine

Jouer au Hellfest, ça représente quoi pour vous ?

Alexis. Je n’irai pas jusqu’à dire un rêve de gosse mais quand même. J’ai fait ma première édition en tant que festivalier en 2004 ou 2005 alors que le festival s’appelait encore FURY FEST, et quelques années à l’Extreme Market en tant qu’exposant derrière le stand de mon label STRAIGHT & ALERT. Cela fait donc forcément un petit quelque chose de se dire que l’on va maintenant se retrouver de l’autre côté des barrières. C’est aussi une sacrée opportunité de faire découvrir notre musique à un public plus large. Enfin, d’un point de vue technique, le Hellfest représente pour nous un sacré challenge. En effet nous sommes habitués à des petites salles souvent bien sombres, parfois sans scène et avec une proximité directe avec le public. Ici nous serons en plein jour et en plein air, configuration qui laisse bien moins de place au moindre défaut !

Quel est le groupe, l’album ou le morceau qui vous a donné envie de jouer de la musique ?

Alexis. Nous avons tous des goûts très différents au sein de Harm Done, impossible donc de tomber d’accord sur un groupe en particulier. Personnellement je dirais sans hésitation Youth Of Today, groupe légendaire de hardcore basé à New York dans le milieu des années 80’. L’énergie déployée sur scène par le groupe, ainsi que la tension et l’urgence dégagées pendant leurs concerts me donnent encore des frissons presque 15 ans après les avoir découvert. J’ai toujours été fasciné par les chanteurs hyperactifs et hystériques sur scène, et leur frontman Ray Cappo est clairement une de mes sources d'inspiration.

Quel est le concert de metal qui a marqué votre vie pour l’éternité et au-delà ?

Alexis. Deux me viennent en tête. En positif, il s’agit pour moi du dernier concert de mon groupe favori, TRUE COLORS. Une véritable marée humaine de 500 ou 600 personnes qui se marchaient littéralement dessus en hurlant les paroles du groupe. Probablement le show le plus intense auquel j’ai pu participer.
Pour le côté mémorable et incongru de la situation, la prestation de Slipknot au Fury Fest 2004. Si je ne m’abuse le groupe a fait des balances interminables le matin ce qui a eu pour conséquence de décaler tout le planning d’une des scènes et d’écourter le set d’autres groupes. Ceci, en plus du fait qu’il s’agissait d’un des seuls groupes « mainstream » dans la programmation du fest de l’époque, leur a valu une pluie de bouteilles, canettes et autres déchets ainsi qu’un mur de doigts d’honneurs et sifflets pendant toute la durée de leur set !

Quelle est la chanson stupide qui reste coincée dans votre tête et vous fait honte ?

Alexis. À l’initiative de notre bassiste, notre roadie Antoine et moi-même, deux ou trois morceaux de Maitre Gims ont un peu trop squatté l’autoradio du van pendant nos dernières tournées. N’en déplaise au deux autres membres du groupe. 

Pour vos projets d’avenir, vous choisissez l’enfer ou le paradis ?

Alexis. À la vue du monde dans lequel on vit je pense que l’on va se cantonner à l’enfer. Ceci étant dit, nous sommes plutôt optimistes quant à l’avenir du groupe ! Après un 7’’, un album, 5 tournées européennes et une au Japon nous sommes actuellement en train de composer et enregistrer un split 7’’ avec le groupe texan SEX PRISONER avec qui nous partons pour 15 jours en Europe à la fin d’année. 2018 devrait être encore plus excitant, avec le projet de faire une tournée aux USA, nous rapprochant un peu plus du paradis, bien qu’au sein de l’enfer de Trump.

Merci Alexis, merci Harm Done
Plus d'infos sur le groupe ici
Harm Done jouera le dimanche 18 juin à 11h05 - Warzone

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

exposition des dessins d'un réfugien syrien

Près de chez vous

Les + Lus