Le frelon asiatique est de retour, comment s'en débarrasser dans les Pays de la Loire ?

Dés les premières chaleurs, le frelon asiatique est sorti de son hibernation. Retour sur les informations à connaître sur cette espèce nuisible. 

Par Cathy Dogon

Certains prennent la forme d'un gros ballon de basket, en papier mâché. Prenez-garde et ne vous amusez pas à jouer avec : il s'agit d'un nid de frelons asiatiques. Attirés par la chaleur, ils sortent de leur hibernation et envahissent la France pendant l'été. Leur région d'origine est l'Asie, mais l'espèce a été introduite par erreur. Le premier nid a été signalé en 2004 près de Bordeaux.

Avec leur dard similaire à celui d'une abeille, ils peuvent piquer. Mais surtout, le joli cadeau qu'ils laissent sur la peau est dotée de phéromones qui attirent les autres individus du groupe... pour piquer encore. Et là, il y a risque de choc anaphylactique.

Les hyménoptères, leur nom scientifique, peuvent être nombreux : chaque nid abrite, avec l'aide de 150 reproductrices, environ 2 000 frelons. 

L'INRA signalait encore l'année dernière l'expansion de l'espèce. 


A savoir qu'à moins de 5m du nid, on ne craint rien. Le frelon ne se sent pas en danger, et donc n'attaque pas. 

Dans le cas contraire, mieux vaut ne pas jouer les caïds. Des entreprises sont spécialisées dans la destruction de ces nids. Certaines communes prennent même en charge l'intervention. 

En plus des particuliers, les apiculteurs aussi leur déclarent la guerre. Les frelons asiatiques sont une véritable menace pour les abeilles françaises - les asiatiques ont, elles, développé des mécanismes de défense.

Comment s'en défaire ? 


Les communes peuvent adhérer à un protocole mis en place : le plan d’action collectif du réseau FREDONFDGDON. En Loire-Atlantique par exemple, il faut contacter FDGDON 44. Ils se chargeront ensuite de mandater une entreprise de destruction. La mairie peut aussi directement être contactée, et effectuera la même opération, si elle a adhéré au plan.

Elles sont 120 à faire partie du réseau en Pays de la Loire, et chacune gère son investissement dans cette mission : la commune peut payer en intégralité ou partiellement l'intervention. Le réseau lui, trace toutes ses opérations jusqu'à l'incinération du nid. 

Sur le même sujet

La Baule. Mesures de sécurité importantes pour le feu d'artifice du 14-Juillet

Près de chez vous

Les + Lus