Nantes : objectif 1 run = 1 déchet pour les coureurs du Run Eco Team

Les coureurs de Run Eco collectent les déchets sur leur route / © DR
Les coureurs de Run Eco collectent les déchets sur leur route / © DR

Courir, oui, mais courir utile... Comme s'ils prenaient le contrepied du petit poucet, qui semait des cailloux sur son chemin pour ne pas se perdre, les coureurs du Run Eco Team ramassent tous les déchets trouvés lors de leurs sorties.

Par Fabienne Béranger

"Si tous les coureurs à pied de France ramassaient un déchet de 20 grammes à chaque sortie, on pourrait collecter jusqu'à 40 tonnes de déchets par an." c'est le calcul auquel s'est livré le Nantais Nicolas Lemonnier.

Coureur depuis un an et demi, cet ostéopathe a pu constater qu'il y avait de plus en plus de déchets laissés pour compte sur ses terrains de jeu favoris: "Des bouteilles en verre, des canettes, des paquets vides ou, plus étonnant, des pneus laissés en pleine forêt".

Fort de ce constat, il a lancé eu l'idée de ramasser des déchets à chaque sortie et de partager son initiative via un groupe Facebook. "Vu l'essor de la course à pied, je me suis dit que ce serait une bonne idée", explique Nicolas, "sans être alarmiste sur l'état de la planète, avoir un éco-geste c'est bien".

Une idée tellement bonne qu'en 2 mois et demi 1 000 coureurs y ont adhéré et postent régulièrement leur chasse au trésor sur la page Facebook du groupe.
© Capture d'écran page Facebook Run Eco Team
© Capture d'écran page Facebook Run Eco Team


"Les gens nous regardent parfois bizarrement"
 

Le groupe Run Eco Team se compose à 80-90% de coureurs à pied, les autres collecteurs sont des marcheurs, des cyclistes mais aussi des amis du groupe que les membres ont réussi à sensibiliser à leur tour : "J'ai un ami qui a pour habitude de promener son chien et qui, l'autre jour a ramassé un paquet de cigarettes vide, le message est passé" se réjouit Nicolas.

Dans le prolongement de cette action, il a prévu de monter l'association Run Eco avec un ami pour continuer cette opération de sensibilisation.
Et pour le faire savoir, il est également prévu la création de t-shirts car "les gens nous regardent parfois bizarrement lors de nos sorties-collectes". Et pour se faciliter la tâche, ils envisagent également "de créer des sacs à dos de ramassage".

Dans le même ordre d'idées, Nicolas constate que, dans son armoire, s'entassent les T-shirts offerts sur les courses. Dans les placards, moississent des chaussures "mortes pour la  course à pied" car elles ont trop de kilomètres au compteur mais qui restent en bon état. "On pourrait alors lancer des collectes pour les donner à des associations aidant les personnes dans le besoin"

Bouillonnant de projets, Nicolas Lemonnier prendra également le départ du marathon de Nantes dimanche. Que pense-t-il des déchets laissés par les coureurs derrière eux sur une telle course : gels, bouteilles vides, emballages  de barres de céréales ? "Ça m'agace que les coureurs se disent qu'il y a des bénévoles pour ramasser".

Bien sûr, dimanche il pensera plus à sa course qu'à ramasser tous ces détritus mais, post-marathon, il reprendra ses bonnes habitudes d'éco-coureur.


A lire aussi

Sur le même sujet

exposition des dessins d'un réfugien syrien

Près de chez vous

Les + Lus