Nantes : le retour de la Marsilée dans la Loire

La Marsilée quatre feuille avait disparu des bords de la Loire, espèce protégée en grand danger elle va être réintroduite par le Conservatoire d’espaces naturels des Pays de la Loire dans la boire Torque. / © pharmanatur.com
La Marsilée quatre feuille avait disparu des bords de la Loire, espèce protégée en grand danger elle va être réintroduite par le Conservatoire d’espaces naturels des Pays de la Loire dans la boire Torque. / © pharmanatur.com

Comment, vous ne connaissez pas la Marsilée à quatre feuilles ? Normal cette petite plante typique des bords de Loire en avait quasiment disparu. Le Jardin des Plantes de Nantes l'avait abrittée, le Conservatoire d'espaces naturels des Pays de la Loire va la réinstaller sur les berges.

Par Christophe Turgis

La Marsilée à quatre feuilles ou "trèfle des marais" aime les variations de niveau d'eau. Mais n'aime pas la concurrence des autres plantes, et encore moins les toxiques charriés par le fleuve. Alors la Marsillée peu à peu a disparu des boires qui bordent la Loire.

Historiquement, on la trouvait sur l’ensemble de la vallée de la Loire. De nos jours, il ne subsiste plus aujourd’hui que deux stations au long du fleuve, trois au niveau régional (une population subsistant dans le Marais poitevin).


En danger critique de disparition

Le Conservatoire botanique national de Brest s'est ému de cette situation. Et a ajouté la Marsilée à sa liste rouge de la flore vasculaire des Pays de la Loire comme une espèce en danger critique de disparition dans la région. C’est à partir de ce constat de très grande vulnérabilité de la Marsilée à quatre feuilles en Pays de la Loire, que le Conservatoire botanique national de Brest a rédigé en 2008 un plan régional de conservation.

C'est le Conservatoire d’espaces naturels des Pays de la Loire, et animateur du site Natura 2000 de la vallée de la Loire de Nantes aux Ponts-de-Cé, qui a pris en charge le retour de la Marsilée à quatre feuilles. Les scientifiques sont allés étudier la dernière population qui subsistait afin de récolter les informations sur l’écologie de l’espèce et mettre en place des mesures de conservation appropriées. Le Jardin des Plantes de Nantes a ensuite entrepris la recherche de sites potentiellement favorables à la réintroduction de l’espèce.


La boire Torque comme terrain de reconquête

Suite à l’identification de deux sites présentant les conditions favorables à l’accueil et au développement de la Marsilée, un dossier opérationnel de réintroduction a été présenté au Conseil national pour la protection de la nature, qui a reçu un avis favorable. L’espèce étant protégée, ce type d’opération doit être autorisé et faire l’objet d’arrêtés préfectoraux permettant son transport et sa manipulation.

Le site retenu se situe à Montrelais, dans la boire Torse, un ancien bras du fleuve de 17 km sur la rive droite, entre Le Fresne-sur-Loire et Anetz. Le vendredi 23 septembre, en présence des autorités, régionales, nationales, de monsieur le maire, et de tous les amis des plantes, la Marsilée à quatre feuille sera officiellement réinstallée dans un environnement qu'elle n'aurait jamais dû quitter !

En savoir plus : www.cenpaysdelaloire.fr

Petite histoire de la culture de la Marsilée à quatre feuilles

Cette histoire là commence au printemps de 1976 quand, Claude Figureau, botaniste au Jardin des Plantes de Nantes prélève une petite souche de Marsilea quadifolia sur la station de Drain (49) en vue de l'introduire parmi les collections du Jardin des Plantes. Ce qu'il ne sait pas encore, c'est que  l'été qui s'ensuivit fut extrêmement chaud et long et fut fatal à l'une des toutes dernières stations de Marsilée en Pays de la Loire. Claude Figureau est sans aucun doute le sauveteur de la Marcilée !

Puis elle fut l'occupante de la "case" n° 45 (petit bassin de culture de 35X35cm) au sein de la famille restreinte des Marsiléacés de l'école de botanique où sont cultivées près de 1499 autres espèces de la flore armoricaine.
Devenue vraiment rare dans la nature, c'est au cours des années 90 que l'on décida de multiplier cette souche en un plus grand nombre de plants. Pour ce faire, il a été réalisé un aménagement spécifique sous la forme d'un bassin d'environ 1 m², à niveaux variables, afin de respecter les fluctuations saisonnières du niveau d'eau, comme dans les boires de Loire: niveau haut en hiver (submersion), niveau bas en été (exondation).

Très vite, le premier bassin aménagé dans "l'enclos botanique" du Jardin des Plantes devint exigu : en effet, à chaque rempotage, les souches sont rafraîchies et souvent divisées en plusieurs plants, un second bassin fut mis en place. Marsilée reconnaissante des soins apportés par les botanistes nantais a redressé ses petites feuilles et repart vivre dans la Loire toute  proche.

Sur le même sujet

La Baule. Mesures de sécurité importantes pour le feu d'artifice du 14-Juillet

Près de chez vous

Les + Lus