Le canal de Nantes à Brest manque d'eau, la navigation s'en trouve modifiée

Le canal de Nantes à Brest ouvrira à la navigation plus tard que d'habitude, le samedi 1er avril, en raison du manque d'eau dans le réservoir. Les conditions de navigation sont également modifiées.

Des conditions particulières de navigation vont être imposées cette année, en raison du déficit de pluie.
Des conditions particulières de navigation vont être imposées cette année, en raison du déficit de pluie. © DAMIEN MEYER / AFP
La Loire-Atlantique est touchée par la sécheresse et un déficit de pluie depuis 10 mois. Cette situation exceptionnelle entraîne l'ouverture tardive du canal de Nantes à Brest. La navigation commencera seulement le 1er avril.

Manque d'eau chronique

Les conditions de navigation seront aussi particulières. En raison du manque d'eau chronique, les bassins réservoirs qui alimentent le canal et le lac de Vioreau n'ont pas été remplis suffisamment.

Le volume d'eau dans le réservoir en mars 2017 ne permet pas d'assurer des conditions de navigation normales tout au long de la saison.
Le volume d'eau dans le réservoir en mars 2017 ne permet pas d'assurer des conditions de navigation normales tout au long de la saison. © Département de Loire-Atlantique

"Le canal de Nantes à Brest, lieu de navigation touristique fréquenté par environ 1 000 bateaux chaque année est notre bien commun. Confronté à une situation exceptionnelle de sécheresse, il en va de la responsabilité de chacun d'agir pour permettre la navigation tout au long de la saison", a précisé Françoise Haméon, la vice-présidente du département déléguée au tourisme, mer et littoral.

400 m3 d'eau pour le passage d'un bateau

Chaque passage à une écluse consomme 400 m3 d'eau. Ainsi, le département va limiter l'ouverture des écluses en regroupant plusieurs bateaux à chaque passage entre Saint-Nicolas de Redon et Nort-sur-Erdre. Les plaisanciers sont invités à prévenir le plus tôt possible de leur passage à une écluse pour limiter leur attente, qui peut aller jusqu'à une heure.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports maritimes économie transports
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter