Nantes : accusé d’avoir tué un éducateur spécialisé, le procès de Florin Safta se poursuit

Le procès de Florin Safta se poursuit devant la cour d'Assises de Loire-Atlantique. Il est accusé d’avoir tué Jacques Gasztowtt, éducateur spécialisé et tenté d’avoir assassiné son ex-femme.

Le 19 mars 2015, Florin Safta poignardait son ex-compagne et tuait un travailleur social à Nantes
Le 19 mars 2015, Florin Safta poignardait son ex-compagne et tuait un travailleur social à Nantes © Franck Dubray - MaxPPP
Ce mardi s’ouvrait le quatrième jour du procès de Florin Safta devant la cour d’Assises de Loire-Atlantique, à Nantes.
L’épouse de la victime, Isabelle Gasztowtt était entendue. Elle décrit en Jacques Gasztowtt « un père idéal, un homme intègre avec de belles valeurs ». Ensemble, ils avaient adopté deux enfants colombiens : « ils se retrouvent deux fois orphelins ».

A la barre, Isabelle Gasztowtt n’exprime aucune rancœur à l’égard de Géraldine Pallier, l’ex-épouse de Florin Safta, qu’il aurait cherché à tuer quand Jacques Gasztowtt s’est interposé : "Il ne faut pas qu'elle se sente coupable. Les choses se sont passées comme ça. J'ai aucun grief contre elle."

► Notre journaliste Eléonore Duplay suit le procès de Florin Safta

 

Rappel des faits
Ce 19 mars 2015, Géraldine Pallier est accompagnée de sa petite fille. Elle a rendez-vous au service social de la protection de l'enfance pour une "visite médiatisée" avec son ex-compagnon, lorsque ce dernier se jette sur elle pour lui porter un coup de couteau.
Jacques Gasztowtt, l'éducateur spécialisé qui a voulu s'interposer, est alors mortellement poignardé à la carotide.

Géraldine Pallier prend la fuite mais est rattrapée par Florin Safta qui lui porte deux autres coups de couteau, alors qu'elle tente de se réfugier dans un restaurant voisin. Ce sont d'ailleurs des clients du restaurant qui interviendront.

"Il l'a toujours dit, il se sentait fou, il a pété les plombs", explique Yvon Chotard, l'avocat de Florin Safta.

Au lendemain des faits, les travailleurs sociaux se mobilisent spontanément. C'est le juge des enfants qui en 2014, avait souhaité une médiation. L'une des visites qui ont finalement coûté la vie à Jacques Gastowtt.

"L'association du service social de protection de l'enfance a eu à faire face à des arrêts de travail, certains éducateurs ont même changé de voie professionnelle", explique Cécile de Oliveira, l'avocate de l'association humanitaire, d'entraide et sociale du SSPE. L'association des éducateurs a dû faire face à "une souffrance professionnelle majeure à la suite de ces faits tragiques".

Le matin du drame, Florin Safta avait acheté cinq couteaux neufs, achat qui a permis de retenir les chefs d'assassinat
et tentative d'assassinat... Il risque la prison à perpétuité.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter