Nantes : Capucine attend une place dans un établissement spécialisé

Depuis une loi de 2005, le handicap a normalement sa place dans la société de valides qui nous entoure. Dans les faits, c'est plus compliqué. Beaucoup d'enfants n'ont pas de place en établissement spécialisé comme en école classique. 

Par Fabienne Béranger

C'est le cas de Capucine dont les parents doivent aménager leur emploi du temps.

Capucine a 7 ans. Elle souffre d'un retard de développement et l'école ne peut plus l'accueillir toute la journée en classe, seulement l'après-midi.
Depuis 4 mois, ses deux parents essaient de travailler chez eux le matin pour pouvoir s'occuper de leur fille.
"Je réponds à des mails et en même temps je fais de la pâte à modeler avec ma fille" explique Aurélie sa maman, "et comme je ne suis pas très efficace dans ces moments-là, le retard que je prends dans la journée, je le rattrape la nuit donc je dors très peu."

Aujourd'hui, la seule structure qui pourrait accueillir Capucine toute la journée c'est un Institut Médico Educatif, un IME.
Mais pour l'instant, il n'y a pas de place pour elle et, comme beaucoup d'enfants dans son cas, Capucine est inscrite sur liste d'attente.

Depuis plus de 10 ans, une loi existe pour favoriser l'intégration des enfants qui souffrent d'un handicap.
Mais dans la réalité pour beaucoup de familles, il reste encore très difficile de trouver une place dans des structures adaptées pour accompagner la différence et la fragilité de leurs enfants.

A lire aussi

Sur le même sujet

Cosma nous parle de son concert de samedi

Près de chez vous

Les + Lus