Nantes : le Hangar à bananes, zone de non-droit ?

Le Hangar à bananes à Nantes est-il devenu une zone de non-droit ? / © CC cal 6759 Flickr
Le Hangar à bananes à Nantes est-il devenu une zone de non-droit ? / © CC cal 6759 Flickr

Trois étudiantes lancent une pétition pour endiguer les nombreux incidents nocturnes au Hangar à bananes en appellant la maire de Nantes, Johanna Rolland, à agir.

Par Manon Monnier avec Fabienne Béranger

"Nous vous demandons Madame le Maire, de prendre les dispositions nécessaires pour garantir un minimum de sécurité dans notre ville, dans votre ville, en ayant une attention particulière pour le Hangar devenu une zone de non droit", demandent Lucie Domaigné, Pauline Fransousky, Chloé Lalleron dans leur pétition.

Le mot est peut-être fort, mais Lucie, Pauline et Chloé sortent du silence en associant le Hangar à bananes à "une zone de non droit". Ces étudiantes nantaises ont lancé le 25 octobre dernier une pétition, qui a déjà recueilli près de 5 000 signatures.
"Cette pétition donne l'occasion de délier les langues, afin de mettre les autorités au pied du mur", assurent les trois jeunes femmes qui ne comprennent pas que rien ne soit mis en place suite aux multiples violences qu'a subies le Hangar.

Après la découverte du corps d'Hugo Poupet la semaine dernière dans la Loire et les vols brutaux il y a deux semaines, le Hangar à bananes est victime des soirées étudiantes bien arrosées, mais pas que. En effet, certains agresseurs profitent des lieux pour harceler, agresser et menacer des passants qui sont de plus en en plus nombreux à redouter l'endroit.

"Nous avons décidé d'agir face à ce ras le bol commun. Nous souhaitons dénoncer l'insécurité présente à Nantes et particulièrement au Hangar", explique Chloé Lalleron, suprise que la pétition reçoive des centaines de témoignages de victimes du lieu.

 

Sur le même sujet

exposition des dessins d'un réfugien syrien

Près de chez vous

Les + Lus