Aéroport Notre-Dame-des-Landes : Nouveau feu vert de l'Europe

Un point de passage sur la RD 281 qui traverse la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (27 avril 2017) / © Evelyne Garcia France 3
Un point de passage sur la RD 281 qui traverse la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (27 avril 2017) / © Evelyne Garcia France 3

Un nouveau feu vert est donné à la France pour la construction de l'aéroport de NDDL. Selon la commission européenne, l'Etat français a répondu de manière satisfaisante à ses exigences en matière d'environnement. Sur le projet lui-même mais aussi les infrastructures annexes.

Par CA avec AFP

"La Commission européenne a décidé de clôturer la procédure car les autorités françaises ont répondu aux demandes de manière satisfaisante". C'est ce qu'a indiqué ce jeudi 27 avril à l'AFP Enrico Brivio, porte-parole pour l'Environnement de la Commission européenne. Bruxelles avait envoyé une lettre de mise en demeure le 16 avril 2014. La Commission reprochait à la France de n'avoir mené aucune évaluation des impacts cumulés des infrastructures du projet d'aéroport, de l'aérogare elle-même, mais aussi de ses dessertes routières notamment sur l'environnement.

Le Syndicat mixte aéroportuaire (SMA), qui regroupe vingt collectivités des Pays de la Loire et de Bretagne investies dans le projet d'aéroport,

"se réjouit de cette décision qui permettra au prochain gouvernement de faire évacuer la zone pour enfin démarrer le chantier".


Du côté des anti-aéroport, un opposant a posté un message "historique" avec une référence datant de plus d'un demi-siècle : 1963. Cette année-là, la Délégation interministérielle à l'aménagement du territoire et à l'attractivité régionale (DATAR) commence à envisager divers projets d'aéroports, notamment pour décentraliser le trafic de la région parisienne.

Le gouvernement de Bernard Cazeneuve avait abandonné le 9 décembre dernier son objectif d'une évacuation à l'automne de la "ZAD" de Notre-Dame-des-Landes, la zone dédiée à la construction de l'aéroport occupée par plusieurs centaines d'opposants, estimant que cette opération n'était pas possible tant que le contentieux avec Bruxelles n'était pas réglé. Il l'est désormais. La balle est désormais dans le camp des candidats à l'élection présidentielle.

Retrouvez notre page spéciale sur le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes

Sur le même sujet

La Baule. Mesures de sécurité importantes pour le feu d'artifice du 14-Juillet

Près de chez vous

Les + Lus