Angers : ce que l'on sait de l'entreprise Igreca destinataire des oeufs contaminés au fipronil

La société Igreca à Seiches-sur-le-Loir a reçu 30 00 oeufs contaminés au fipronil / © Olivier Quentin, France 3 Pays de la Loire
La société Igreca à Seiches-sur-le-Loir a reçu 30 00 oeufs contaminés au fipronil / © Olivier Quentin, France 3 Pays de la Loire

Deux entreprises de l'ouest de la France ont été les destinataires de 13 lots d'oeufs contaminés au fipronil. L'une d'entre elles, Igreca, est basée à Seiches-sur-le-Loir dans le Maine-et-Loire. Elle a reçu 30 000 de ces oeufs contaminés.

Par Fabienne Béranger

Dans un communiqué de presse, la société Igreca par la voix de Ludovic Justeau, l'un de ses co-dirigeants, explique avoir "identifié les lots produit finis fabriqué à partir des matières premières concernées. Il s'agit de 30 000 œufs de fournisseur hollandais à comparer aux 4 à 5 millions d'oeufs que nous cassons chaque jour. Vous comprendrez que c'est une quantité très faible."

Igreca, basée à Seiches-sur-le-Loir, utilise chaque année 1,5 milliards d'oeufs, soit 4,1 millions d'oeufs par jour, peut-on lire sur le site internet de la société.  Des oeufs à destination de l'agro alimentaire et qu'elle tranforme en poudre, sous forme liquide ou qu'elle congèle.

L'entreprise, qui utilise "10% de la production annuelle française" d'oeufs, tourne 24H/24 et exporte dans une centaine de pays.
"Nous sommes une entreprise sérieuse tournée vers l'international, qui réalise 70 % de son chiffre d'affaires à l'export. Nous subissons malheureusement une situation dont nous ne sommes pas maîtres." poursuit Igreca dans son communiqué, "Nous n'avions évidemment pas connaissance de la non conformité de ces marchandises que nous avons reçues. Les meilleures dispositions sont prises. Nous travaillons en lien étroit avec les parties prenantes et les autorités ainsi que nos fournisseurs et les clients pour régler au plus vite et au mieux cette situation."

Sur son site, Igreca souligne "la traçabilité totale" de ses oeufs qui "permet d'indentifier un éventuel défaut et d'éliminer ainsi tout risque sanitaire".  "Les producteurs sont répertioriés et accrédités par Igreca (...) En provenance des fermes de ponte agrées, les oeufs sont contrôlés, tracés et identifiés de nouveau à la réception."

C'est le ministère de l'agriculture qui a nnoncé lundi 7 août que deux entreprises de l'ouest de la France, dont Igreca, avaient reçu 13 lots d'oeufs contaminés. 

 

Sur le même sujet

exposition des dessins d'un réfugien syrien

Près de chez vous

Les + Lus