Ligue 1 : défaite d'Angers, “un sentiment d'injustice” pour Stéphane Moulin

Malgré de nombreuses tentatives en seconde période, les Angevins n'ont pu rattraper leur retard au score face à Toulouse. / © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Malgré de nombreuses tentatives en seconde période, les Angevins n'ont pu rattraper leur retard au score face à Toulouse. / © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Au terme d'une rencontre hâchée, Toulouse a dominé le SCO d'Angers (1-0) au stade Raymond-Kopa. Les Angevins sont 12e au classement.

Par Simon Auffret avec AFP

"Depuis que nous sommes revenus en Ligue 1, je ne pense pas qu'on ait archidominé une équipe comme ça." L'entraîneur du SCO d'Angers Stéphane Moulin a résumé, après le match, le sentiment de son équipe à l'issu d'une défaite tendue (0-1) à domicile face au TFC.

L'ouverture du score de Diop, à la 38 ème minute, a lancé le début de nombreuses offensives côté angevin, jusqu'à une frappe sur la barre transversale de Mangani à la 64 ème minute. 



Une panne de projecteur, au retour de la seconde période, provoquera une courte interruption de la rencontre, et un temps additionnel de 10 minutes à la fin du match. Un sursis qui ne suffira pas à renverser la rencontre pour le SCO, qui s'incline finalement. Une rencontre frustrante pour les Angevins, comme l'explique leur entraineur Stéphane Moulin :

"Ce match aurait pu être un match référence mais pour cela, il aurait fallu qu'on le gagne parce que même le nul ne m'aurait pas convenu. Il y a un sentiment d'injustice. Il y a deux choses pour lesquelles on est responsables, c'est le but que l'on encaisse même si le début de l'action est risible mais à l'arrivée, il y a un joueur seul. Et la seconde, c'est que l'on a manqué de réussite et d'adresse. Mais par contre, tout ce que l'on a déployé défensivement et dans le jeu, était très intéressant. C'est un mélange d'injustice, de frustration et on a le sentiment de s'être fait voler quelque chose. C'est un hold-up. Ils ont été secoués comme jamais depuis le début de saison, c'est la première fois qu'ils ont pris la tempête comme ça et ils s'en sortent avec une victoire, c'est incroyable. Ils ont toute la réussite qu'ils n'ont pas eue depuis un moment".

Pascal Dupraz, l'entraineur du TFC, a lui reconnu qu' "une fois que la lumière s’est éteinte, on a baissé le pied, trop subi, a constaté Dupraz. Il a fallu être héroïques pour préserver le résultat."

Sur le même sujet

exposition des dessins d'un réfugien syrien

Près de chez vous

Les + Lus