Maine-et-Loire. La deuxième chance a un nom à Combrée : l'EPIDE

© E. Duplay / France 3 Pays de la Loire
© E. Duplay / France 3 Pays de la Loire

L'Etablissement Pour l'Insertion Dans l'Emploi affiche 70% de réussite. Des jeunes en décrochage viennent y chercher un cadre. En 8 mois, ils s'orientent vers le monde professionnel dans cet internat, inspiré du monde militaire. 

Par Cathy Dogon

Uniformes, salut militaire, lit au carré... Le cadre y est volontairement militaire. Mais ces officiers d'apparât ont le sourire. Ils cherchent en l'EPIDE une deuxième chance. 

En décrochage, connaissant des difficultés ou ayant eu affaires à la justice, les internes du centre de Combrée, dans le Maine-et-Loire, espèrent des jours meilleurs. Ses jeunes, tous majeurs, sont volontaires pour une insertion vers l'emploi. 
 

Grégory entre à l'internat de Combrée, près d'Angers


Depuis 2005, 30 000 citoyens ont transité par ces centres. Grégory est un nouvel arrivant dans ce monde, dont le Ministère de la Défense est à l'origine. Proche du service militaire adapté disponible en Outre-Mer, l'EPIDE dépend désormais des ministères de la ville et de l'emploi. 

29% des bénéficiaires sont issus des "quartiers prioritaires de la ville" et 8% sont considérés en logement précaires. 

Ils cherchent à "sortir de la spirale de l'échec" via un environnement structuré. 40% du personnel est issu de l'armée, ils divulguent les "valeurs de la République".

24h pour tester, 8 mois pour approuver : Grégory a passé la première étape


Avant de se lancer dans l'aventure, les jeunes apprivoisent le système. Lors d'une journée et d'une nuit, ils vivent au rythme du centre pour une potentielle projection dans le temps. Pour Grégory, les 24h ont été une réussite : il souhaite revenir, et y passer les 8 prochains mois pour s'insérer dans le marché de l'emploi. 

L'EPIDE dispense des remises à niveau pour ces anciens collégiens ou lycéens qui n'ont pas obtenu de diplôme ou de qualification professionnelle. Objectif : apprendre autrement. Et Grégory semble séduit. Les volontaires peuvent même y passer leur permis. 

70% de réussite pour l'établissement du Maine-et-Loire


► Bruno Fernandès, directeur de l'EPIDE 49, était l'invité du 19/20 ce mardi 18 juillet. 

 

Sur le même sujet

ND DEs Landes : Yannick Favennec interpelle Nicolas Hulot

Près de chez vous

Les + Lus