Maine-et-Loire : disparition d'un loup de Saarloos

Lupo, le chien loup de Saarloos a disparu depuis le mercredi 11 octobre. / © Séverine Belliard
Lupo, le chien loup de Saarloos a disparu depuis le mercredi 11 octobre. / © Séverine Belliard

Lupo, 9 mois, s'est échappé du domicile de ses maîtres mercredi 11 octobre en fin de journée. L'animal avait été adopté depuis quinze jours.

Par Céline Dupeyrat

Il s'appelle Lupo. L'animal est de race chien loup. Ses propriétaires qui vivent à Chaudefond-sur-Layon dans le Maine-et-Loire étaient en train de le promener. Une ballade de sociabilisation pendant laquelle l'animal s'est enfui. Depuis, aucune trace. 

Lupo a été adopté par ses nouveaux propriétaires il y quinze jours à la SPA de Quimper. L'animal, maltraité dans son élevage de naissance, est craintif. Il n'a eu que trés peu de contacts agréables avec les êtres humains. Sa nouvelle propriétaire prévient : "Depuis quelques jours à peine il se laissait caresser et venait manger dans nos mains. Si quelqu'un l'aperçoit, il faut donc éviter de l'approcher. Lupo pourrait fuir où attaquer s'il se sent menacé même s'il n'a à ce jour montré aucun signe d'agressivité".

Gendarmerie, police, pompiers, parc régionaux, LPO, les propriétaires de Lupo ont alerté tout le monde. 

Si vous apercevez l'animal , vous pouvez joindre ses deux propriétaires : 0659369881 ou 0761675069

Lupo, peut être n'importe où et déjà loin. La faim le fera s'en doute sortir sa tanière. Une telle race peut parcourir jusqu'à 120 kilomètres par jour.

Le Saarloos Wolfhound

Originaire des Pays-Bas, encore appelé chien loup de Saarloos ou bien Saarloos Wolfdog, tient son nom de son créateur, Mr Lendeert Saarloos (1884-1969) qui a fait un croisement entre Fleur, une louve européenne de la branche sibérienne achetée au zoo de Rotterdam et Gerard, son Berger allemand. En 1936, la première portée de ce croisement fut un échec puisque tous les chiots ont contracté la maladie de Carré, et en sont morts. Lendeert Saarloos tenta une seconde portée, en 1937, de laquelle naquirent deux femelles et un mâle qui périt lui aussi, des suites d'une maladie. Peu de temps après, en 1938, une troisième portée vit le jour, dont un mâle qui servit de base à la race et à partir de là, Lendeert commença la reproduction avec ce mâle qui détenait le potentiel pour la sélection de cette race. Ce croisement fut reconnu comme race par le Kennel Club hollandais en 19752.

En France

L'Arrêté du 19 mai 2000 soumettant à autorisation la détention de loups impose une autorisation préfectorale pour la détention de loup ou d’hybrides entre chiens et loups dont l'ascendance récente comporte un loup. Le chien-loup de Saarloos étant reconnu comme une race de chien du groupe 1, il n'est pas soumis à cette législation, sa détention est donc entièrement libre.

Sur le même sujet

ND DEs Landes : Yannick Favennec interpelle Nicolas Hulot

Près de chez vous

Les + Lus