Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

L'architecte Odile Decq, née à Laval, va recevoir jeudi le prestigieux prix Architizer à New York

Cette native de la Mayenne se décrit comme une "activiste" de l'architecture. / © ALBERTO PIZZOLI / AFP
Cette native de la Mayenne se décrit comme une "activiste" de l'architecture. / © ALBERTO PIZZOLI / AFP

Odile Decq, une architecte née à Laval en Mayenne, va recevoir le prestigieux prix Architizer jeudi 11 mai à New York. Cette "activiste", qui a signé le siège de GL Events à Lyon ou Le Cargo à Paris, va être primée pour l'ensemble de son oeuvre et son "impact unique sur la profession".

Par Cécilia Sanchez (avec AFP)

Son nom ne vous dit peut-être rien du tout... Odile Decq, architecte née à Laval en Mayenne dans une famille catholique de 7 enfants, jouit d'une notoriété bien plus grande à l'étranger qu'en France. Pourtant, elle a signé des projets importants dans son pays natal, comme le siège de GL Events à Lyon ou Le Cargo à Paris, le plus grand incubateur de startup d'Europe.

Une activiste au look de rock star

Avec son look de rock star et ses cheveux en pétard, elle se décrit comme une "activiste" de sa discipline. Elle combat le machisme et dénonce les clans de la profession. "Je dis toujours ce que je pense" et "je suis hors clan", affirme-t-elle d'entrée de jeu. Son esprit libre ne l'a pas empêchée d'être choisie par le jury Architizer. Le jeudi 11 mai, à New York, Odile Decq va recevoir le "Prix pour l'ensemble d'une oeuvre" et son "impact unique sur la profession".

Le musée d'art contemporain de Rome, réalisé par Odile Decq et inauguré en décembre 2010. / © ALBERTO PIZZOLI / AFP FILES / AFP
Le musée d'art contemporain de Rome, réalisé par Odile Decq et inauguré en décembre 2010. / © ALBERTO PIZZOLI / AFP FILES / AFP

A 55 ans, elle a réalisé le Musée d'art contemporain de Rome ou le Fangshan Tangshan Geopark Museum, en Chine... et parcourt le monde pour donner des conférences. Avide de transmettre, enthousiaste, elle voit l'occasion de "rencontrer des gens chaleureux et accueillants" et de tisser un réseau, raconte cette femme au look de Robert smith, le chanteur des Cure.


Citez-moi une femme qui ait réalisé un grand stade, ou le parlement d'un pays : aucune


L'architecture, un milieu d'hommes



En 2016, Odile Decq a reçu le Prix Jane Drew pour son action en faveur des femmes architectes. "En participant à des jurys, j'ai bien vu qu'elles sont cantonnées aux immeubles de logements, aux équipements éducatifs", explique-t-elle. "Citez-moi une femme qui ait réalisé un grand stade, ou le parlement d'un pays : aucune".

Et pourtant, 6 étudiants sur 10 en architecture dans le monde sont des filles... Mais elles ne sont plus que 30% inscrites dans les organisations professionnelles et 10% à la tête d'une agence. C'est aussi rares que les femmes soient lauréates de prix. Depuis sa création en 1979, le prix Pritzker, le "Nobel de l'architecture", n'a couronné qu'une femme, Zaha Hadid, et deux agences avec des femmes associées. 


Pourquoi cette discrimination ? "Sans doute parce que les femmes doivent se consacrer à leur famille et que les gros dossiers leur échappent", remarque Odile Decq, avant d'ajouter en souriant : "alors je dis aux étudiantes : ne vous mariez pas, ne faites pas d'enfants et devenez architectes".



Sa propre école à Lyon

Libre penseuse, cette Bretonne d'origine a ouvert sa propre école à Lyon dans le quartier Confluence, pour laquelle elle s'est elle-même endettée et ne se paye pas. Une réaction aux écoles d'architecture qui "oublient d'ouvrir le champ de la discipline". Alors que "les architectes ont appris à faire face à des problèmes complexes, impliquant la sociologie, la technologie, le juridique, la géopolitique", dit-elle, avançant le concept d'Architectural Thinking (mode de pensée architectural). "De cette complexité, ils savent faire une synthèse, et leur proposition doit fonctionner sur le temps long, à toutes les échelles, du plus petit au plus grand, du local au territorial", développe Odile Decq.


Je dis à mes étudiants : vous avez un siècle pour vous !


"Moi, j'envie les étudiants d'aujourd'hui, lance Odile Decq. A la fin du XXe siècle on a tout cassé, l'économie, la finance, la société.... Eux, ils doivent rêver le XXIe siècle, ensuite l'imaginer, puis le créer. Je leur dis : vous avez un siècle pour vous !".

Sur le même sujet

Soirée de clôture du Vendée Globe 2017

Près de chez vous

Les + Lus