Lactalis annonce une hausse de la rémunération du lait en marge des Etats généraux de l'alimentation

© Philippe Huguen / AFP
© Philippe Huguen / AFP

C'était une promesse de campagne du Président Macron : des Etats Généraux de l'alimentation ont commencé ce 20 juillet à 9h. En lien ou non avec cet événement, l'entreprise sarthoise prévoit une valorisation du prix du lait sur les trois prochains mois. 

Par Cathy Dogon

Réconcilier d'ici à la fin de l'année, agriculture, économie, santé et environnement, c'est la mission des états généraux de l'alimentation qui se tiennent actuellement, jeudi 20 juillet dans des locaux du ministère de l'Economie à Bercy à Paris, en présence du Premier ministre Edouard Philippe, du ministre de l'Agriculture Stéphane Travert et des acteurs de la filière comme la présidente du principal syndicat agricole FNSEA Christiane Lambert.

Je souhaite que nos filières puissent réussir et être plus compétitives, qu'elles puissent innover, investir. Il faut se donner les moyens d'y parvenir en créant de la concertation

a annoncé le ministre de l'agriculture Stéphane Travert."Trop longtemps nous avons été dans une culture du conflit. On a besoin de retrouver cette culture du compromis. Que chacun fasse un pas pour que le triptyque producteur-distributeur-transformateur, sorte de ce rendez-vous gagnant, gagnant, gagnant" avait-il précédé.

> Trois questions sur les Etats généraux de l'alimentation

La promesse de campagne du Président Macron vise à rendre la rémunération des agriculateurs plus justes, afin qu'ils puissent vivre dignement de leur travail, et que leur modèle de production agricole s'adapte au marché, avec notamment des produits plus sains, une agriculture plus durable. 

Lactalis : les agriculteurs laitiers rémunérés 18% de plus qu'en 2016 au mois d'août


C'est dans ce contexte que l'entreprise sarthoise Lactalis a choisi d'annoncer sa hausse de rémunération du lait : "le groupe Lactalis paiera plus de 350 euros / 1 000 litres de lait dés le mois d'août" a-t-elle fait savoir par communiqué. Une hausse de 18% si l'on en croit ses dires, par rapport à l'année 2016. Lactalis justifie ainsi la hausse "nécessaire" de ses prix de vente. 

Dans le même temps, Pomona, distributeur de produits alimentaires pour la restauration basé à Carquefou, a fait savoir que son groupe "ne vendra plus d'oeufs de poules élevées en cage d'ici 2025". Une décision parvenue après des échanges avec l'association de défense des animaux L214. Cette dernière annonce dans un communiqué la décision de plusieurs entreprises de distribution et de restauration dans ce même sens. 

Stéphane Le Foll, député de la Sarthe, était à cette occasion l'invité de Franceinfo sur cette thématique.

Sur le même sujet

ND DEs Landes : Yannick Favennec interpelle Nicolas Hulot

Près de chez vous

Les + Lus