24 Heures du Mans : la chaleur arbitre du duel entre Porsche et Toyota ?

Les essais qualificatifs des 24 Heures du Mans, le 15 juin 2017. / © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Les essais qualificatifs des 24 Heures du Mans, le 15 juin 2017. / © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

On attend jusqu'à 35°C ce week-end sur le circuit des 24 Heures du Mans. La chaleur pourrait bien être l'arbitre du duel que se livrent Porsche et Toyota.

Par M. F. avec AFP

Il faut s'attendre à de très fortes chaleurs pour la 85e édition des 24 Heures du Mans. Elles pourraient bien arbitrer le duel entre Porsche et Toyota.

Lors du départ, donné samedi à 15h par le patron de la Formule 1, l'Américain Chase Carey, la température ressentie sur la piste devrait s'approcher des 35 degrés.

"On risque très certainement d'assister à la première course sans une goutte de pluie depuis 2000", explique Pierre Fillon, président de l'Automobile Club de l'Ouest.

Le stand de la Toyota N°8 aux 24 Heures du Mans 2017 / © Carine Mordrelle - France 3 Pays de la Loire
Le stand de la Toyota N°8 aux 24 Heures du Mans 2017 / © Carine Mordrelle - France 3 Pays de la Loire

"Cela va être intéressant d'observer le comportement des voitures dans ces conditions très dures", ajoute le frère de l'ancien Premier ministre et candidat à la présidentielle 2017.

"Ce sera le facteur clé de la course de cette année, sans aucun doute", assure Pascal Vasselon, le directeur technique de l'écurie japonaise.

Alors que la catégorie reine (LMP1) a rétréci par rapport à 2016, avec le retrait d'Audi, Toyota aligne trois voitures pour décrocher sa toute première victoire contre deux voitures à son rival allemand, qui compte 18 succès à son palmarès.

Les deux premières courses du Championnat du monde d'endurance (WEC), à Silverstone et à Spa, ont été remportées par la Toyota du trio Buemi Davidson-Nakajima.


Pas de clim pour Toyota

Mais au Mans la voiture N.8 a connu des problèmes de moteur, et c'est la N.7 qui a surgi de sa boite en qualifications pour battre le record du circuit dans sa configuration actuelle.

Kamui Kobayashi a pu profiter d'une piste quasiment dégagée suite à un drapeau rouge pour décrocher la pole. Il a signé un temps époustouflant de 3 minutes 14 secondes et 791/1000e, soit deux secondes de mieux que la précédente marque établie par Porsche en 2015.

Le public aux stands des 24 Heures du Mans 2017 / © Carine Mordrelle - France 3 Pays de la Loire
Le public aux stands des 24 Heures du Mans 2017 / © Carine Mordrelle - France 3 Pays de la Loire

"C'est bien d'avoir la pole position, mais maintenant le plus dur reste à faire", résume Kobayashi.

"On a un bon équilibre en terme de vitesse de croisière", pointe le Japonais de 30 ans, toutefois dans l'expectative concernant de possibles coups de chaud.


En effet, le règlement des 24 Heures du Mans stipule que si la température ambiante dépasse les 32 degrés, les pilotes des voitures sans climatiseur ne doivent pas dépasser 80 minutes de conduite consécutives.

Or si la Porsche 919 Hybrid dispose d'un système de climatisation au point, la TS050 Hybrid semble démunie dans ce domaine.

"Cela va certainement créer beaucoup de problèmes de fiabilité et apporter un aspect tactique à la course", analyse le pilote Porsche, Neel Jani.

"Il faudra être plus intelligent, et bien savoir utiliser cet avantage potentiel", affirme le Suisse.
Les stands des 24 Heures du Mans 2017 / © Carine Mordrelle - France 3 Pays de la Loire
Les stands des 24 Heures du Mans 2017 / © Carine Mordrelle - France 3 Pays de la Loire

Des LMP2 canons

Le directeur de Toyota, Pascal Vasselon, se montre rassurant en préférant évoquer les pneumatiques : "On n'a pas rencontré de problème de dégradation inhabituel à ce niveau".

Mais si les organisateurs font appliquer le règlement en cas de canicule à la lettre, ses pilotes devraient davantage se relayer. De quoi perdre un temps précieux avec des arrêts supplémentaires aux stands.

Une difficulté supplémentaire car le statut de favori met déjà une pression maximale sur l'écurie nippone, après le véritable traumatisme vécu l'an passé, la victoire lui ayant échappé dans les toutes dernières minutes.

Pas question de perdre la face une nouvelle fois, surtout que le grand patron de Toyota, Akio Toyoda, arrière petit-fils du fondateur, fait le déplacement.

Les stands des 24 Heures du Mans 2017 / © Carine Mordrelle - France 3 Pays de la Loire
Les stands des 24 Heures du Mans 2017 / © Carine Mordrelle - France 3 Pays de la Loire

Outre un triomphe inédit dans la Sarthe, Toyota veut aussi récupérer le titre des constructeurs, remporté à une seule reprise, en 2014. Et la course rapporte le double de points par rapport aux autres épreuves du WEC.

Hormis la météo, un autre piège sera au rendez-vous sous la forme des nouvelles LMP2. Les voitures de cette catégorie ont connu un tel bond chronométrique cette saison qu'elles auraient été en pole position en catégorie LMP1 durant l'édition 2006.

Les pilotes de Toyota et Porsche devront donc refroidir leurs ardeurs lors des très nombreux dépassements qu'ils seront amenés à effectuer.

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LE DAKAR 2017 SUR FRANCETV SPORT

La Baule. Mesures de sécurité importantes pour le feu d'artifice du 14-Juillet

Près de chez vous

Les + Lus