Toussaint : les ventes de chrysanthèmes stagnent

Nicolas Mouette est horticulteur à Beaumont-sur-Sarthe / © Cécile Claveaux - France 3 Pays de la Loire
Nicolas Mouette est horticulteur à Beaumont-sur-Sarthe / © Cécile Claveaux - France 3 Pays de la Loire

À la veille de la Toussaint, les fleuristes n'ont pas chômé. Les clients se sont pressés pour acheter les traditionnels chrysanthèmes. Petites ou grosses fleurs, rouges, jaunes, blanches, le choix devient de plus en plus large chaque année mais les ventes stagnent. La faute aux crémations...

Par Fabienne Béranger

A la toussaint, il y a les citrouilles, mais surtout les chrysanthèmes. Chez l'horticulteur Mouette à Beaumont-sur-Sarthe, une partie des allées sont vides. Beaucoup de ces fleurs d'hiver ont déjà été vendues mais à la veille du 1er novembre les clients sont encore nombreux. Les vendeurs s'activent : "ça fait partie de l'une des trois saisons de l'entreprise", explique Marie-Laure Vermeersch, "il y a les Rameaux qui, dans la région, sont presque aussi importants que la Toussaint. Tout de suite après on enchaîne la saison en elle-même, c'est à dire les plantes pour les jardinières, les massifs. Et puis la troisième saison : la Toussaint."

La Toussaint représente 35 % du chiffres d'affaires de cette entreprise. Chaque année entre 30 et 35 000 chrysanthèmes sont produits sous ses serres. Pour plaire aux acheteurs mieux vaut avoir un large choix.
"On va vendre du jaune, du rouge et du rose mais le plus tendance ce sont souvent les coupes multicolores. Toutes les couleurs dans une coupe qui tient beaucoup mieux sur la tombe et puis, surtout, ça fait moins mortuaire" détaille l'horticulteur Nicolas Mouette.
© Cécile Claveaux - France 3 Pays de la Loire
© Cécile Claveaux - France 3 Pays de la Loire
Moins mortuaire, pourtant cette plante reste encore largement associée aux défunts. Le chrysanthème s'est imposé en France après la Première Guerre Mondiale. Aujourd'hui la tradition perdure. 
Au cimetière le chrysanthème a donc toujours sa place. Mais depuis quelques années les ventes stagnent en raison notamment de l'augmentation des crémations. Elle offrent moins de possibilité de déposer des fleurs.

► Le reportage de notre rédaction

 

Sur le même sujet

exposition des dessins d'un réfugien syrien

Près de chez vous

Les + Lus