publicité

Armes saisies en Vendée: l'homme impliqué est un collectionneur (parquet)

L'homme impliqué dans l'enquête ouverte après la saisie jeudi, à son domicile en Vendée, d'un véritable arsenal - fusils d'assaut, carabines grenades et des milliers de munitions - est un collectionneur, a indiqué dimanche le procureur de la République de Rennes Nicolas Jacquet.

  • France 3 Pays de la Loire, avec AFP
  • Publié le 21/02/2016 | 16:24
Des fusils d'assaut, des carabines, des grenades et des milliers de munitions ont été saisis jeudi chez un individu en Vendée. © Douanes Francaises / AFP

© Douanes Francaises / AFP Des fusils d'assaut, des carabines, des grenades et des milliers de munitions ont été saisis jeudi chez un individu en Vendée.

L'individu concerné est un collectionneur d'armes n'ayant aucun lien avec des mouvements ou individus radicalisés, lui même ne présentant aucun signe de radicalisation"

Nicolas Jacquet, procureur de la République de Rennes 



Certains avaient en effet soulevé la possibilité d'un individu radicalisé. Mais le procureur de la République en charge de l'enquête a répondu clairement par la négative. Une enquête, confiée au Service judiciaire des Douanes de Nantes, avait été ouverte à la suite de la découverte des armes. "Le parquet de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Rennes s'est saisi au titre de sa compétence en matière de criminalité organisée afin de déterminer et d'approfondir les modalités d'acquisition et de circulation de chacune des armes saisies", a encore indiqué le magistrat.

Selon Nicolas Jacquet, "l'objectif est de tenter d'identifier et de démanteler les éventuelles filières en application de la politique pénale nationale menée en ce domaine".

Les armes avaient été saisies après la découverte par les douanes de La Rochelle Charente-Maritime) d'un colis postal contenant "un pistolet soigneusement dissimulé pour échapper aux mesures de vigilance", selon la Direction générale des douanes. Le pistolet était caché dans un boîtier électronique évidé.

L'enquête en flagrance a montré que l'expéditeur avait deux adresses, l'une en Charente-Maritime, l'autre en Vendée. A la première, les enquêteurs ont saisi des chargeurs. En Vendée, a été saisi l'équivalent d'une cinquantaine d'armes dont certaines prêtes à l'emploi comme des fusils d'assaut, des carabines, un fusil à pompe et des pistolets semi-automatiques. Des éléments d'armes - canons, viseurs, chargeurs - ainsi que 8.000 munitions et 22.500 euros en liquide ont également été récupérés, ont détaillé les Douanes. Plusieurs armes et pièces d'armes ont également été découvertes au domicile du destinataire du colis à Perpignan (Pyrénées-Orientales).
les + lus
les + partagés