Le phoque n'est plus en odeur de sainteté en Baie de Somme et sur la Côte d'Opale

La prolifération des phoques et des veaux-marins en Baie de Somme et sur la Côte d'Opale inquiètent et agacent les pêcheurs. Un collectif a même vue le jour. Les pêcheurs reprochent aux mammifères de manger trop de poissons. 

  • Halima Najibi avec l'AFP
  • Publié le , mis à jour le
© Xavier D.

© Xavier D.

Le comité contre la prolifération des phoques et veaux de mer a été créé en Côte d'Opale, suite à l'inquiétude de nombreux professionnels de la pêche. Il souhaite un quota d'animaux autorisés à résider dans le Nord et en Baie de Somme. Quand au reste de la population, il demande qu'elle soit déplacée vers d'autres pays du nord de l'Europe. Actuellement, le collectif estime la présence de phoques et veaux-marins à 700 individus. L'association Picardie Nature, en Baie de Somme a quand à elle recensé environ 450 mammifères.


Les phoques sont trop gourmands ! 

Le collectif  accuse les mammifères de manger trop de poissons. "Le gisement de soles a diminué de 15% en deux ans, selon des chiffres de l'Ifremer", clame Fabrice Gosselin, fondateur du collectif contre la prolifération des phoques le 18 mai à Etaples (Pas-de-Calais). Les quelque 700 pinnipèdes désormais présents entre Mers-les-Bains (Somme) et Zuydcoote (Nord) sont accusés d'abîmer les engins de pêche et d'aggraver la raréfaction des poissons. Un veau marin en engloutit au moins 750 kilos par an, un phoque gris, plus d'une tonne.

Un quota de la population des pinnipèdes

L'objectif, explique à l'AFP M. Gosselin, qui dirige l'association de pêcheurs à pied amateurs de la côte d'Opale mais assure avoir le soutien des professionnels, est de rappeler aux pouvoirs  publics que les textes qui protègent les deux espèces prévoient si besoin des clauses de "contrôle" des populations. Il parle de "quotas" de phoques à fixer pour permettre la survie des activités de pêche traditionnelles, les individus en surnombre devant être selon lui déplacés à quelques centaines de kilomètres. Une solution jugée peu efficace par des associations comme Picardie Nature et la Coordination mammologique du Nord de la France, qui soulignent que les animaux déplacés peuvent revenir rapidement.

Réduire la population des phoques par l'élimination

Qu'à cela ne tienne, M. Gosselin assure qu'"en Grande-Bretagne, pour une population de 140.000 phoques, on en élimine de 4.000 à 8.000 par an depuis 1992". Ces perspectives, outre leur efficacité contestée, ont mis les passions à vif, en des termes réminiscents de ceux qui opposent ailleurs les éleveurs aux défenseurs du loup ou de l'ours. BB: "Personne ne touchera aux phoques" Le député-maire UMP du Touquet, Daniel Fasquelle, ayant donné son appui aux pêcheurs, Brigitte Bardot, présidente de la Fondation du même nom, a publié une lettre ouverte datée du 10 juin pour dénoncer dans son style fracassant "la connerie, la lâcheté et la cruauté humaine". "Tant que je vivrai, pauvre +collectif+ et autre petit député minables, personne
ne touchera aux phoques de France"
, tonne BB. 
Fort du mandat qu'une nouvelle réunion du collectif en juillet lui a donné, M. Gosselin prévient: "Nous n'allons pas nous laisser faire. Nous allons être reçus, sans doute fin septembre, par le patron de la DREAL (direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement) du Nord/Pas-de-Calais, et nous comptons bien voir ensuite le ministre de la Mer, Frédéric Cuvillier", qui se trouve être un élu de Boulogne-sur-Mer.

Les phoques sont les stars de la Baie de Somme et de la Baie d'Authie 

A force d'être chassés pour leur graisse, leur chair et leur peau, le phoque gris et le veau marin avaient pratiquement disparu des parages picards et flamands au début du XXe siècle. Leur retour a encore renforcé l'image de la côte picarde, déjà connue pour son air iodé et ses espaces naturels. Les balades pour aller voir les phoques à marée basse font désormais partie du parcours touristique. "La première sédentarisation à l'année d'un individu fut recensée en 1986 dans la baie de Somme", explique Laetitia Dupuis, responsable chez Picardie-Nature d'un programme d'étude et de protection des phoques (www.picardie-nature.org), qui inclut l'éducation d'un public parfois trop empressé. On y recense des pointes annuelles de 370 veaux marins (août 2012) et 105 phoques gris (juin 2013), une concentration que l'on ne retrouve nulle part ailleurs en France. Même si on est encore loin des populations des mers Baltique, du Nord ou d'Irlande, où ils se comptent par dizaines de milliers, le petit groupe se porte bien. Cinquante-huit naissances de veaux marins ont été recensées cette année en baie de Somme, contre 55 en 2012 et 52 en 2011. Comme l'énonce un mémoire tout récent d'un étudiant en biologie marine de La Rochelle,Raphaël Savelli, la "déprédation" attribuable aux phoques n'est pas imaginaire. Mais, souligne-t-il, l'impact réel des phoques sur les ressources halieutiques devra être scientifiquement vérifié et les techniques de pêche adaptées.

L'actu de votre région en vidéo

Accueil de 50 réfugiés à Tergnier : comment ça se passe ?

Un reportage de Jean-Pierre Rey, Jean-Paul Delance et Pascal Ngankam ; avec Jean-Paul Belair, directeur régional de la Fondation Diaconesses de Reuilly ; Christian Grohem, maire (DVG) de Tergnier ; Paulo Barrocal, chef de service de la Fondation Diaconesses de Reuilly ;

Lire l'article
Aisne : ces villes qui vont accueillir les réfugiés
les + lus
les + partagés