Des agriculteurs retraités de l'Aisne accusés d'offense au chef de l'Etat pour quelques miettes de pain

Pour le sensibiliser à leurs difficiles conditions de vie, d'anciens agriculteurs axonais ont envoyé des lettres accompagnées de miettes de pain au Président de la République. Une plainte a été déposée par l'Elysée.

  • Par Halima Najibi
  • Publié le , mis à jour le
offense à l'Elysée : des miettes de pain dans le courrier © France 3 Picardie

© France 3 Picardie offense à l'Elysée : des miettes de pain dans le courrier

Henri Carton, président de section des anciens exploitants agricoles de l'Aisne, est visé par cette plainte pour offense au chef de l'État. A 73 ans, il n'a pourtant pas l'impression d'avoir commis un acte répréhensible.

Et pourtant, cet honorable retraité de la terre a déclenché avec quelques-uns de ces camarades une "affaire d'Etat". Les expéditeurs sont l'objet d'une enquête menée par le parquet de Paris. Henri Carton a même eu l'honneur d'une visite d'agents des Renseignements généraux, avec présentation des photocopies des lettres délictueuses.


Des retraités accusés d'offense au chef de l'Etat



Pour bien comprendre les choses un petit retour en arrière s'impose 


Lors de la dernière campagne présidentielle, les anciens exploitants ont envoyé des pétitions à tous les candidats. Le candidat François Hollande leur avait répondu.

"Et c'était pour se rappeler à son bon souvenir, que début novembre l'association départementale des anciens exploitants agricoles de l'Aisne avec le feu vert de leur délégation nationale a décidé d'envoyer 500 lettres au Président de la République", explique Henri Carton. "L'idée des miettes c'est pour dire que lorsque le gâteau est partagé, il ne reste que les miettes pour les retraités."

Et M. Carton de souligner qu'ils n'avaient pas le sentiment d'offenser qui que ce soit : "les auteurs des courriers écrivaient ce qu'ils voulaient, ils indiquaient leur nom et leur adresse et leur nombre d'enfants."

Une action symbolique


"Il faut trouver des idées pour se faire remarquer", explique l'ancien agriculteur, responsable syndical dans sept départements du Nord. "Comme symbole, c'était pas mal, le pain sec et les miettes. Au départ, on pensait mettre uniquement du pain sec mais c'était un peu compliqué. Donc avec nos doléances, il n'y a eu que des miettes dans les lettres."


Les miettes de trop


"Hier, [ jeudi 6 décembre] lors de la manifestation des agriculteurs à Laon, nous avons vu le préfet de l'Aisne, pour qui l'affaire était classée. Mais aujourd'hui j'ai été contacté par le commissariat de la ville préfecture, où je suis convoqué, révèle Henri Carton. Ils ont en leur possession des photocopies de huit lettres d'anciens exploitants de l'Aisne."

Cependant, Henri Carton n'est pas inquiet ; pour lui la réaction de l'Elysée est disproportionnée. "Je ne vois pas où est l'outrage." Et de poursuivre, "au moins cette affaire de miettes aura le mérite de faire parler de nous."  
L'offense au Président de la République

L'offense au président de la République est un délit prévu par l'article 26 de la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881, défini par le fait d'offenser le Président de la République.

Initialement puni de trois mois à un an d'emprisonnement et/ou de 300 à 300 000 francs d'amende, les peines planchers ont été supprimées par la loi du 16 décembre 1992, puis la loi du 15 juin 2000 a supprimé la peine de prison pour ne laisser que l'amende, qui a ensuite été convertie à 45 000 euros par l'ordonnance du 19 septembre 2000.

L'actu de votre région en vidéo

Comment bien choisir son mode de contraception ?

Un reportage de Zohra Hamdane, Arnaud Wust, et Pascal Ngankam avec Elodie Debeauvais, infirmière en gynécologie au CHU d'Amiens ; Jean Gondry, chef de service gynécologie-obstétrique-planification ; ominique Dorival, psychologue clinicienne au centre de planification familiale

Lire l'article
Etes-vous sûr d'utiliser le bon moyen de contraception ?
les + lus
les + partagés