Alpes-de-Haute-Provence : du rififi à Forcalquier

Alpes-de-Haute-Provence : du rififi à Forcalquier
Alpes-de-Haute-Provence : du rififi à Forcalquier

Une association citoyenne de Forcalquier, qui compte deux cents adhérents, conteste la gestion de la ville par l’ancien maire PS Christophe Castaner. Celui-ci a quitté son siège de maire en juillet 2017, suite à sa nomination comme porte-parole du gouvernement Macron

Par Jean-François Giorgetti

L’association Croire en Forcalquier créée en 2014, reproche à Chritophe Castaner sa gestion de la commune, qu'elle estime hasardeuse, notamment en ce qui concerne le Plan local d’Urbanisme qui a été annulé par le tribunal administratif de Marseille suite à une action engagée par les commerçants du centre-ville. Dans le PLU il serait notamment prévu de rendre constructible un terrain agricole, sur lequel serait construit le déplacement du supermarché voisin. Un nouveau PLU a été déposé et est en cours d’élaboration.

L'association soulève également d'autres dossiers :

 Un permis de construire contesté dans le centre historique

Laurence Peyrot a vu se construire devant ses fenêtres une terrasse tropézienne, qui a nécessité une surélévation de l’immeuble en face de chez elle. Ce bâtiment appartient à la municipalité qui a mis en œuvre une opération de réhabilitation. Les travaux de rehaussement ont commencé en 2012. La retraitée a attaqué, devant le tribunal administratif de Marseille, le permis de construire délivré à la commune par Christophe Castaner alors maire de la ville. Un premier jugement déboute Laurence Peyrot.
En 2016 la Cour Administrative d’Appel de Marseille lui donne raison, et annule définitivement, le permis de construire, parce qu’il ne respecte pas les règles d’urbanisme. La retraitée demande la destruction. Dans le même temps le maire redépose un nouveau permis de construire identique au premier. Selon Christophe Castaner "il s’agit d’un problème de croquis".

Un jeu d’écriture comptable

En 2001 Un entrepreneur qui a bénéficié du dispositif usine relais doit rembourser à la ville près de 230 000€. La dette va dormir Pendant plus de dix ans dans la comptabilité de la commune. Le 10 janvier 2012, Christophe Castaner, annule la créance dans un certificat administratif. Dans ce document il est indiqué que :" ces écritures ont été réalisées lors de la vente des ateliers Distillerie de Lure et Bains et Arômes, afin de basculer comme c'est la règle, les subventions d’équipement perçues en fonctionnement. »
Le débiteur était Pierre Garcin, le 1er adjoint du maire et aussi Président de la Communauté de communes Pays de Forcalquier Montagne de Lure. Depuis, il a démissionné 

Les réponses de Christophe Castaner apportées par SMS

A propos de la dette annulée en janvier 2012, il explique qu'il s’agit d’un simple jeu d’écriture comptable qui régularise des amortissements de subventions d’équilibre faits sur les usines relai en 1999 et 2001. En revanche Christophe Castaner ne dit pas pourquoi la commune a attendu 11 ans pour régulariser cette créance. 

Au sujet du PLU, l’extension du supermarché ne fait pas partie du débat juridique.

Par contre l’actuel porte-parole du gouvernement n’apporte aucune réponse sur la dette de la commune qui atteint en 2015 les 8.057 millions d’€uros, soit 1653 €uros par habitant. source www.impots.gouv.fr

Reportage Jean-François Giorgetti et Sidonie Canetto
Rififi à Forcalquier
Interviews: Laurence Peyrot et Richard Danaüs Président de l'association "Croire en Forcalquier"



Sur le même sujet

Adieu le stade du Ray à Nice

Près de chez vous

Les + Lus