Les plages privées de la Côte d'Azur dans le collimateur de la justice

Construit en 2008 par l'hôtel Impérial Garoupe, cet escalier d'accès à la plage est détruit par les services de l'Etat aux frais du propriétaire. / © Laurence Collet
Construit en 2008 par l'hôtel Impérial Garoupe, cet escalier d'accès à la plage est détruit par les services de l'Etat aux frais du propriétaire. / © Laurence Collet

Certains établissements construits sur le domaine public maritime font l'objet de procédures devant le tribunal administratif de Nice. Les services de l'Etat appliquent de manière très strict le fameux "décret plage", ce qui a pour conséquence la démolition de certaines constructions. 

Par Catherine Lioult

Ce matin, un escalier d'accès à la plage, construit en  2008 par l'hôtel Imperial Garoupe à Antibes, a été démoli à coup de marteau piqueur, conformément à deux décisions de justice. Il était construit sur le domaine maritime et comme le propriétaire ne s'était pas exécuté, les services de l'Etat ont pris le relai et les frais seront facturés au propriétaire.


REPORTAGE: V.VARIN, E.JACQUET ET B.MARIANI ce mercredi 28 juin :
Les plages privées de la Côte d'Azur dans le collimateur de la justice
Cap d'Antibes ce mercredi :

Une démolition ordonnée par les services de l'Etat au petit matin / © Laurence Collet
Une démolition ordonnée par les services de l'Etat au petit matin / © Laurence Collet

D'autres établissements sont visés cette année, le Paloma Beach à Saint-Jean-Cap-Ferrat, mais aussi quatre plages privées de Vallauris-Golfe-Juan. Les dossiers seront jugés par le tribunal administratif sur requête de l'Etat, qui veut rendre au public le "domaine public maritime", conformément au décret plage. Ce texte, élaboré en 2006, suppose une réduction de  l'espace réservé aux plagistes,  pour restituer 80% de plage publique, avec la destruction des  structures en dur au profit de structures démontables.




Les plagistes de la Côte d'Azur en appellent au Président de la République, Emmanuel Macron, qu'ils avaient rencontré alors qu'il était ministre de l'Economie. Ils rappellent que ce secteur d'activité représente localement 1.500 emplois, 4.000 dans le pays.

Cet établissement est menacé de démolition / © France 3 Côte d'Azur
Cet établissement est menacé de démolition / © France 3 Côte d'Azur


A Golfe-Juan, des établissements qui sont de véritables institutions comme Vallauris-Plage ou encore Nounou, existent depuis des décennies et ont pu, pour certains, édifier des restaurants avec des permis de construire en bonne et due forme. Ils sont  malgré tout menacés de destruction.

A lire aussi

Sur le même sujet

Exposition de photos sur Brigitte Bardot à Draguignan (83)

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés