Quand Pamela Anderson pose devant le Marineland d'Antibes pour dénoncer la captivité des animaux

Pamela Anderson, engagée pour la défense des animaux, pose devant le Marineland d'Antibes / © VALERY HACHE / AFP
Pamela Anderson, engagée pour la défense des animaux, pose devant le Marineland d'Antibes / © VALERY HACHE / AFP

La star est très engagée dans la défense de la cause animale. Elle était à Antibes pour dénoncer la captivité des cétacés du Marineland, et milite pour la fermeture de ce parc.

Par C.L AVEC L'AFP

Non, ce n'est pas une scène de film ! Avec des faux airs de Brigitte Bardot dans les années 60, l'actrice américano-canadienne Pamela Anderson était à Antibes ce mardi. Connue pour son rôle dans la série Alerte à Malibu, la comédienne a désormais 50 ans, et elle fait  la une de l'actualité car elle milite pour la cause animale et elle souhaite la fermeture de Marineland, la pancarte est explicite.


Pamela Anderson se consacre désormais au bien-être animal / © VALERY HACHE / AFP
Pamela Anderson se consacre désormais au bien-être animal / © VALERY HACHE / AFP

 

La pancarte "La captivité tue, fermez Marineland"  est signée du logo de l'association Peta (People for the ethical treatment of animals) dont elle est  membre du bureau directeur depuis vingt-cinq ans.
La star, veut encourager les gens à ne pas aller dans ce genre de parc, que ce soit à Marineland en France ou à Sea World aux États-Unis.


L'argument selon lequel les enfants apprennent des choses dans les parcs est faux, à l'heure des nouvelles technologies



a-t-elle estimé, ajoutant qu'il valait "mieux voir les animaux dans leur environnement naturel".
"Je défends cette cause tout autour du monde", a expliqué l'actrice américano-canadienne, précisant: "Maintenant que je vis en France, je veux continuer à être active dans le pays où je réside."


Les parcs marins condamnés à terme


Sa prise de position contre les delphinariums intervient alors que le précédent gouvernement français a pris un arrêté interdisant la reproduction des dauphins et des orques en captivité, principales attractions de Marineland. La décision a été contestée en justice par plusieurs parcs animaliers.
"Je m'étais battue aux États-Unis pour obtenir une telle décision et cela avait été une grande victoire", a indiqué l'actrice, qui a bon espoir de rencontrer Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, pour évoquer notamment la vie des animaux de cirque et les corridas.





A lire aussi

Sur le même sujet

Le succès d'Airbnb à Arles inquiète

Près de chez vous

Les + Lus