Cannes : un migrant trouvé mort dans un train en provenance de Vintimille

Le corps carbonisé méconnaissable d'un migrant avait été trouvé le 17 février sur le toit d'un train en provenance de Vintimille. (Photo février 2017) / © Maxppp
Le corps carbonisé méconnaissable d'un migrant avait été trouvé le 17 février sur le toit d'un train en provenance de Vintimille. (Photo février 2017) / © Maxppp

Un homme de 30 ans a été trouvé mort ce vendredi 19 mai dans la soirée en gare de Cannes La Bocca dans le compartiment technique d'un train en provenance de Vintimille. Le corps de ce migrant a été découvert par un agent de la SNCF.

Par @annelehars

C'est un agent de la SNCF qui a entendu du bruit lors d'une visite technique. A l'ouverture du local, trois autres hommes qui y étaient cachés ont pris la fuite. La mort de la victime, dû à une électrisation, a été constatée par un médecin du SMUR, rapportent les sapeurs-pompiers.

Il s'agit de la 2e mort d'un migrant en gare de Cannes La Bocca depuis le début de l'année. Le corps carbonisé d'un migrant avait été trouvé le 17 février sur le toit d'un train en provenance de Vintimille.

C'est aussi sur le toit d'un TER que dimanche dernier, un autre migrant avait été trouvé, gravement brûlé aux jambes. Il a été découvert en gare de Roquebrune-Cap-Martin dans les Alpes-Maritimes et admis à l'hôpital de Toulon, spécialisé dans les grands brûlés.


12 victimes depuis le début de l'année


Ce nouveau décès dramatique porte à douze, selon les ONG intervenant sur place, le nombre de morts de migrants enregistrés dans la région depuis 2016.
Les interpellations à la frontière franco-italienne sont en forte hausse depuis le début de l'année et ont presque triplé par rapport au début 2016, selon les derniers chiffres de la préfecture.



En dehors des cas d'électrisation à bord de trains, les migrants ont en majorité trouvé la mort lors de chocs avec des véhicules le long de l'autoroute ou avec des trains au bord de la voie ferrée. Un migrant a également perdu la vie après une chute sur un sentier de montagne dit du "pas de la Mort", à Menton.
- Avec AFP

Cédric Herrou à Cannes

L'agriculteur militant de la Vallée de la Roya et le cinéaste Michel Toesca sont au festival de Cannes pour parler du film que le réalisateur tourne à Vintimille et dans la vallée. Ce film est au coeur de la vague migratoire qui a commencé au printemps 2015.
Depuis deux ans, Michel Toesca filme les réfugiés, Cédric Herrou et tous ceux qui écrivent cette page de l'Histoire de l'émigration sur la Riviera Italienne et dans la Roya.

Sur le même sujet

Lucien Favre en conférence de presse

Près de chez vous

Les + Lus