Affaire Cédric Herrou : le parquet fait appel

© VALERY HACHE / AFP
© VALERY HACHE / AFP

Le parquet de Nice a indiqué ce jeudi qu'il faisait appel de la faible peine d'amende avec sursis prononcée la semaine dernière à l'encontre de Cédric Herrou, un agriculteur de la vallée de la Roya, jugé pour son aide à des migrants à la frontière franco-italienne.

Par AFP

Trois mille euros d'amende avec sursis

Condamné uniquement pour avoir pris en stop des migrants côté italien de la frontière, Cédric Herrou, avait accueilli le jugement avec une relative satisfaction. Il a été relaxé pour tout le reste de son action de secours, notamment l'occupation d'une ancienne colonie de vacances appartenant à la SNCF, en octobre dernier. Il y avait alors loger une soixantaine d'Erythréens, dont la moitié étaient mineurs. Le tribunal a estimé qu'il avait agi "en état de nécessité".

Son avocat Me Zia Oloumi avait salué un jugement juste "malgré la pression médiatique et politique". Le sursis simple signifie aussi qu'il n'a pas à payer l'amende de 3.000 euros, sauf s'il récidive et que la peine ne figurera pas à son casier judiciaire, vierge jusqu'à présent.


Le parquet avait requis 8 mois de prison avec sursis

Le parquet accusait Cédric Herrou d'abuser du texte voté fin 2012 pour protéger ceux qui apportent une aide désintéressée à des étrangers en situation irrégulière, et "qui n'est pas fait pour accueillir en France tous ceux qui débarquent sur les côtes italiennes", selon M. Prêtre.

L'analyse avait été rejetée par le tribunal. Ce dernier a estimé qu'il lui appartenait uniquement de juger si l'aide apportée par Cédric Herrou, dans un premier temps improvisée puis structurée avec l'association Roya Citoyenne, était bien sans contrepartie comme le stipule la loi. Peu importe que son action soit politique ou militante.

En janvier, le parquet de Nice avait déjà fait appel en janvier après la relaxe prononcée en faveur de l'enseignant-chercheur Pierre-Alain Mannoni, revenu du squat SNCF avec trois jeunes Erythréennes qu'il comptait déposer à une gare. Six mois de prison avec sursis avaient été requis contre lui.


A lire aussi 

"Je ne suis pas un braqueur" : un habitant de la vallée de la Roya comparaît pour être venu en aide à des migrants

Alpes-Maritimes : Cédric Herrou, déjà poursuivi pour aide aux migrants, de nouveau interpellé

Aide aux migrants : la condamnation de Cédric Herrou "montre que la justice a su faire la part des choses"

Sur le même sujet

Ikea : l'association '"En toute franchise" continue sa mobilisation (06)

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés