Attentat de Nice : l'ancien porte-parole des victimes sera jugé en septembre pour escroquerie

Vincent Delhomel comparaît devant la justice. / © MAX PPP
Vincent Delhomel comparaît devant la justice. / © MAX PPP

Vincent Delhomel, ex-secrétaire général et porte-parole de  "Promenade des Anges" sera jugé le 1er septembre pour abus de confiance et escroquerie à Nice au détriment de cette association. 

Par Catherine Lioult

Il devait comparaître ce jour devant la justice niçoise, quelques jours après les commémorations de l'attentat de Nice. Vincent Delhomel, 50 ans, devait répondre d'abus de confiance et d'escroquerie. L'ancien secrétaire général et porte-parole de l'association "Promenade des Anges", qui s'est constituée juste après l'attentat du 14 juillet 2016, est  suspecté d'avoir détourné la recette de la vente caritative de petits bracelets, lors d'une course, soit 7.300 euros, et d'avoir présenté des remboursements de frais indus, pour moins de 2.000 euros, montants qu'il a remboursés.
Mais Vincent Delhomel n'était pas présent à l'audience car il est hospitalisé. Son avocat, maître Zia Oloumi a donc demandé de reporter le procès. Vincent Delhomel sera donc jugé le 1er septembre prochain.


Un contrôle judiciaire 


Placé sous contrôle judiciaire depuis le 20 avril,  Vincent Delhomel avait démissionné de l'association en février lors de la découverte de ces faits supposés. Aucune résolution à l'amiable n'a été possible, selon la présidente de l'association Émilie Petitjean, qui l'accuse d'être "un escroc".

A lire aussi

Sur le même sujet

Jouques, "Territoire zéro chomage"

Près de chez vous

Les + Lus