Quatre écoles vandalisées à Nice et Saint-Laurent-du-Var depuis ce week-end

L'école maternelle Ray Gorbella saccagée ce lundi. / © Benoît Loth.
L'école maternelle Ray Gorbella saccagée ce lundi. / © Benoît Loth.

Après l'école maternelle Ray Gorbella où les dégâts ont été découverts hier, deux salles de classe et le réfectoire vandalisés, du matériel endommagé et de la nourriture consommée sur place, c'est à l'école Thérèse Roméo 1 et Fuon-Cauda que des dégradations sont intervenues ce mardi. 

Par @annelehars

Deux nouvelles écoles ont été vandalisées, Fuon-Cauda, quartier Valrose, et Thérèse-Roméo, rue Alfred Binet dans la nuit de ce lundi à mardi à Nice.
Matériel informatique dérobé pour l'une, salle de classe ravagée et des denrées alimentaires consommées pour l'autre.

Un établissement scolaire de Saint
Laurent-du-Var a aussi été touché.
Des enquêtes sont en cours à la Sûreté départementale des Alpes-Maritimes sur des déprédations survenues dans les trois écoles niçoises.

Les explications de Coralie Chaillan, Benoît Loth et Jimmy Juvigny :

Ecoles vandalisées à Nice

Intervenants : Eric Simonnet - Futur directeur de l’école Thérèse-Romeo mixte 1, Lauriano Azinheirinha -Délégué à l'éducation - ville de Nice

Des saccages qui interviennent au lendemain du saccage de l'école Ray-Gorbella.

Il y a huit mois, une bande de jeunes saccageurs d'écoles, âgés entre 14 et 16 ans, avaient été démantelée, a-t-elle rappelé. Aucun indice ne permet pour l'instant de penser que les nouvelles déprédations ont un lien.


Patrick Allemand, conseiller municipal d'opposition socialiste, en a répondu aux faits en attaquant la gestion de la ville, en recensant désormais six écoles saccagées en 2015 à Nice. Cet élu réclame l'équipement de toutes les écoles en vidéo-surveillance, en alarmes anti-intrusion et en conciergeries.

Réaction du maire de Nice


M. Estrosi a toutefois répondu dans un communiqué que son son opposant municipal avait voté contre l'installation de certaines caméras installées 
dans des écoles. Ces caméras ont permis d'identifier les auteurs d'actes de vandalisme d'une école niçoise au printemps dernier, a-t-il souligné.

"Face à ce phénomène, l'État doit apporter une réponse ferme, cela passe notamment par un durcissement des sanctions à l'égard de ceux qui s'attaquent à l'École de la République, qui doit rester un sanctuaire préservé de toute violence", a commenté le président du Conseil général des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti.

A lire aussi

Sur le même sujet

Lucien Favre en conférence de presse

Près de chez vous

Les + Lus