Soldes d'hiver : la carte bleue va chauffer !

© France 3 Côte d'Azur
© France 3 Côte d'Azur

Les soldes d'hiver démarrent ce mercredi. C'est parti pour six semaines de rabais  mais les soldes ne sont plus ce qu'ils étaient. Les consommateurs sont désormais habitués aux promotions toute l'année.

Par Catherine Lioult

Vous aimez faire les magasins, à la recherche de bonnes affaires : vous avez jusqu'au 21 février pour  vous habiller, acheter de l'électroménager ou remeubler votre habitation. Depuis ce matin, les soldes d'hiver sont lancés, mais ce premier jour, autrefois très attendu, ne suscite plus la même attente. La faute à la baisse du pouvoir d'achat, mais aussi aux promos ou aux ventes privées qui fleurissent toute l'année, sur internet ou dans les magasins. Dans les Alpes-Maritimes, les accros n'ont eu que quelques kilomètres à faire pour acheter à bas prix en avant-première, à Monaco.

PLUS D'ACHATS  "BESOIN"


Selon les instituts de sondage, 70 à 80 % des consommateurs devraient répondre présents, mais 50% des acheteurs ne savent pas avec précision combien ils vont dépenser. La plupart du temps, les achats seront raisonnables avec des achats plus "besoin" que "coup de coeur".

REPORTAGE A CANNES AVEC O.ORSINI, F.TISSEAUX ET C.DAVID

Ce mercredi 11 janvier, début des soldes !
Mercredi 11 janvier... Alerte sur les smartpones ou croix sur les agendas, il ne fallait pas oublier qu'aujourd'hui est le premier jour des soldes d'hiver... Mais cette période de rabais fait-elle encore recette avec la multiplication des achats sur internet et le dévelopement des ventes privées ?  - ORSINI Olivier, TISSEAUX Frédéric, DAVID Christine


LA REGLEMENTATION

La règlementation est claire : 
 -  La distinction entre les articles soldés et non soldés doit clairement apparaître aux yeux des consommateurs : étiquetage précis, localisation séparée dans le magasin, etc.
- La mention « Pendant les soldes, ni repris, ni échangé » est abusive. En cas de vice caché, le vendeur est dans l'obligation de remplacer l'article ou de le rembourser. S'il n'y a pas de vice caché, le commerçant n'est pas tenu juridiquement de procéder à l'échange ou au remboursement, mais il peut le faire à titre commercial.

A lire aussi

Sur le même sujet

Fabrice Landreau, du RCT, avant le déplacement à Trévise (83)

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés