À Arles : une exposition dévoile des clichés rares et inédits de la môme Piaf.

© Fondation Manuel Rivera Ortiz/Collection Mazellier-Berrot
© Fondation Manuel Rivera Ortiz/Collection Mazellier-Berrot

A Arles la galerie Manuel Rivera Ortiz accueille dans ses murs - un hôtel particulier du 17ème siècle niché au cœur de la ville - la collection Mazellier-Berrot dont l'infinie richesse compose un portrait intime de l'artiste. A voir jusqu'au 24 septembre.

Par Pernette Zumthor

​L'exposition "Piaf, la môme du XXeme", proposée par Le siècle de Piaf et Off productions, c'est avant tout l'histoire d'un héritage que s'appliquent à faire fructifier Jean-Paul Mazellier et Anthony Berrot. Mais c'est aussi celle d'une passion dévorante pour cette artiste aux multiples facettes.

L'exposition s'articule autour de plusieurs espaces thématiques. Cinq précisément, pour raconter la vie de notre gloire nationale. Cinq espaces comme autant d'étapes pour mieux cerner l'incroyable incandescence de ce petit bout de femme qui traversa quatre décennies comme une comète.

Personnage public, femme à qui la scène donna toute sa grandeur mais aussi la Piaf intime, fragile ou fantasque... c'est selon.

Edith et Django / © Piaf, la môme du XXème
Edith et Django / © Piaf, la môme du XXème
Edith Piaf aux Etats-Unis / © Piaf, la môme du XXème
Edith Piaf aux Etats-Unis / © Piaf, la môme du XXème

Peu de femmes au monde furent autant photographiées qu'Edith Piaf. Que ce soit en noir et blanc ou en couleur, les clichés que l'on découvre dans ce parcours, témoignent de sa modernité. Elle avait compris très tôt l"importance de l'image et la nécessité de jouer de tous les rôles pour alimenter la légende.


Une histoire d'héritage

Les photos et documents exposés ont été pendant longtemps la propriété des époux Bonnel ainsi que de Charles Sinclair, photographe à Marseille - alter ego d'un "Harcourt" à la méridionnale.

Marc Bonnel fut l'accordéoniste de Piaf du début à la fin de sa carrière. Danielle Vigneau, devenue sa femme, fut une amie de la première heure, une autre môme du XXème danseuse et compagne de scène. Plus tard lassée de se produire, elle devint la secrétaire particulière de l'artiste jusqu'à sa mort en 1963.

Charles Sinclair, lui, photographia Piaf à de nombreuses reprises et les portraits qu'il en a fait témoignent de la complicité qu'il avait su installer avec elle.
La môme Piaf / © Collection Mazellier-Berrot
La môme Piaf / © Collection Mazellier-Berrot

Aujourd'hui, cet impressionnant fonds documentaire transmis par ses propriétaires à Jean-Paul Mazellier, constitue la collection Mazellier-Berrot et recelle de très nombreuses séquences inédites. L'exposition d'Arles axée essentiellement autour de documents photographiques se double d'une autre proposition issue de cette même collection à découvrie jusqu'au 31 juillet.


Un amour de Piaf... Salle de l'Etoile à Châteaurenard

Un Amour de Piaf est une déambulation théâtrale et poétique, une rêverie artistique intime qui retrace la vie de l’icône internationale en musique, en images et en trois dimensions.
Véritable invitation à remonter le temps aux côtés de la Môme, l’exposition s’articule autour de cinq pièces symboliques : l’appartement de son enfance, le cabaret qui l’a révélé, un hôtel New-Yorkais qui abrita ses amours avec Cerdan, la loge de l’Olympia qui la vit triompher si souvent et son dernier appartement à Paris ! Toutes les infos

La Fondation Manuel Rivera Ortiz

Abritée dans l'Hôtel Blain au coeur de la ville d'Arles, la fondation Manuel Rivera Ortiz pour la photographie et le film documentaire oeuvre au soutien de photographes ou de réalisateurs, armés de leur seul appareil de prise de vues pour témoigner et documenter l'humanité en mouvement.

En soutenant le travail de photographes émergents, nous espérons que leur travail nous emmènera dans un voyage humanitaire qui donne une voix aux sans-voix.

Une opportunité pour les plus vulnérables et les plus défavorisés parmi nous, dans chaque communauté du monde, d'être vus et entendus.

Au-delà du passionant parcours dans cet hôtel particulier dédié à la création et à l'engagement, vous pourrez découvrir la richesse patrimoniale de l'édifice, remarquable par l'escalier monumental qui en fait la pièce maîtresse et témoigne d'une époque où Arles était une riche cité.


 

INFOS PRATIQUES

L'exposition d'Arles qui s'inscrit dans le cadre des Rencontres de la Photographie est ouverte jusqu'au 24 septembre, du lundi au dimanche de 11h à 19h.  Tarifs : 5€.
Adresse de l’exposition : 18 Rue de la Calade, 13200 Arles

Sur le même sujet

Collectionneur d'outils anciens dans les Alpes de Haute-Provence

Près de chez vous

Les + Lus