Bouches-du-Rhône : Ségolène Royal veut réhabiliter l'étang de Berre

L'étang de Berre, une zone naturelle fragile / © Pierre ROBERT / Maxppp/MAXPPP
L'étang de Berre, une zone naturelle fragile / © Pierre ROBERT / Maxppp/MAXPPP

La ministre de l'Environnement a annoncé ce mardi à l'Assemblée nationale son intention de relancer un projet visant à réhabiliter l'étang de Berre. Le plus grand étang d'eau salé d'Europe est en effet fortement dégradé par l'industrialisation et l'urbanisation.

Par Marc Civallero avec AFP

Ségolène Royal a déclaré aujourd'hui, mardi 21 février, vouloir réhabiliter l'étang de Berre, pour celà elle souhaite relancer un projet en suspens depuis une quinzaine d'années, elle a notamment expliqué " "J'ai demandé au préfet de réunir les parties prenantes : Port de Marseille, Agence de l'eau, élus et entreprises concernés , pour arrêter définitivement un prix précis des travaux qui sont à faire. Je diligenterai dès la semaine prochaine une inspection générale pour que nous y voyons très clair sur cette évaluation". La ministre a ensuite précisé qu'elle se rendrait sur place pour annoncer les décisions définitives.


Depuis des années est prévue la réouverture du tunnel du Rove, qui, percé sous la chaîne de l'Estaque, permettait de relier la rade phocéenne à l'étang, jusqu'à sa fermeture en 1963 après un effondrement. Objectif: réalimenter l'étang en eau de mer et ainsi améliorer sa qualité et sa salinité. En 2013, le financement de ces travaux de 8 M d'euros partagé entre Etat et collectivités était acté. Mais "trois ans plus tard, le maître d'ouvrage désigné par l'Etat faisait connaître une étude de faisabilité triplant la note", a déclaré à l'Assemblée le député de la région, Jean-Pierre Maggi (apparenté PRG)

Ségolène Royal a réaffirmé le "caractère exceptionnel de l'étang de Berre", "plus grand étang salé d'Europe", 155 km2, une fois et demi Paris, terre d'accueil de 50.000 oiseaux l'hiver. 

Coincée entre Marseille et un immense complexe pétrochimique, la lagune a subi les assauts d'une forte industrialisation. Et en 30 ans, la population a plus que doublé pour atteindre près de 250.000 habitants dans les dix communes du pourtour. Plusieurs études sanitaires, la dernière parue mi-février, ont montré une recrudescence de maladies chroniques dans ce secteur par rapport à la moyenne française.

A lire aussi

Sur le même sujet

Rencontre avec une productrice de fromages de chèvre des Alpes-Maritimes

Actualités locales

Les + Lus