Marseille : un jeune homme se suicide aux Baumettes, sa famille porte plainte

© BERTRAND LANGLOIS / AFP
© BERTRAND LANGLOIS / AFP

Un jeune homme s'est pendu dans sa cellule des Baumettes, à Marseille. Il souffrait de troubles bipolaires et était en période de dépression. Bilal Elabdani avait 20 ans. Ses parents ne comprennent pas comment il a pu être mis en garde à vue puis incarcéré. Ils attaquent en justice. 

Par Nathalie Deumier

Le 10 août, Bilal Elabdani se pend à l'âge de 20 ans à la maison d'arrêt des Baumettes, à Marseille. Le jeune garçon souffre de troubles psychiatriques et avait déjà fait 9 tentatives de suicide. Depuis, sa famille s'interroge.  

Vu son état de santé, comment a-t-il pu être incarcéré ?


La mère de Bilal Elabdani raconte que son fils est parti à Marseille pour deux jours de vacances (cette famille vit dans l'Isère.) Il doit partir avec sa petite amie mais s'en va finalement seul. Il loge dans le quartier du Vieux-Port. Le lendemain soir, il téléphone à sa mère pour dire qu'il est en garde-à-vue. Il est poursuivi pour apologie du terrorisme et outrage. 

La police perquisitionne le logement des parents, divorcés. Selon la mère de famille, les enquêteurs cherchent d'éventuelles armes. Lors de l'audition de cette famille, beaucoup de questions tournent autour de sa pratique de la religion. 

Le jeune homme avait déjà fait 9 tentatives de suicide. Il est bipolaire et en invalidité (entre 50 et 79%) Il a fini par mourir en prison. Il écrit une lettre avant de mourir mais les autorités refusent de donner cette lettre aux parents. 


Plainte pour homicide involontaire


Ce lundi, l'avocat de la famille, maître Pouillade porte plainte pour "homicide involontaire". La maladie du jeune homme n'a pas été prise en compte par les différentes autorités. Cette affaire ne passera pas inaperçue, et sera encore moins "enterrée". 

Suicide d'un détenu aux Baumettes
Un détenu s'est suicidé à la prison des Baumettes le 10 août. Il était bipolaire et dépressif, l'administration pénitentiaire était au courant. La famille porte plainte.


A lire aussi

Sur le même sujet

Bientôt un hôtel 5 étoiles à la villa Valmer ?

Près de chez vous

Les + Lus