Piétons fauchés à Marseille : “pas du terrorisme mais de l'imitation”, selon Gérard Collomb

Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur. / © Julien Mattia / Le Pictorium
Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur. / © Julien Mattia / Le Pictorium

"Ce n'est pas du terrorisme mais on a de l'imitation" estime Gérard Collomb après ce qu'il s'est passé hier matin à Marseille. "Un certain nombre d'esprits faibles peuvent se laisser entraîner dans des actes de mimétisme", ajoute le ministre de l'Intérieur dans une interview sur BFM.

Par Karine Bellifa

"Il sortait de clinique psychiatrique. Il avait des antécédents de prison et il assassine une personne. Il faut réfléchir sur ce genre de prisme", a réagit le ministre de l'Intérieur sur BFM ce mardi matin en parlant du conducteur qui a foncé sur deux abribus hier matin à Marseille, tuant une personne et en blessant une autre.

"Des esprits faibles"


"Ce n'est pas du terrorisme (...) mais on a de l'imitation", a insisté Gérard Collomb "Un certain nombre d'esprits faibles peuvent se laisser entrainer à des actes de mimétisme".

C'est ça qui est grave, c'est qu'un certain nombre d'esprits faibles qui voient ce qui s'est passé à Barcelone, qui voient ce qui s'est passé contre le dispositif Sentinelle, se disent on va passer à l'acte comme ça


a ajouté le ministre.


"C'est ce contre quoi il faut se prémunir, ce contre quoi nous voulons travailler avec ma collègue la ministre de la Santé mais également avec l'ordre des médecins, les psychiatres (...) Nous ne voulons pas faire cela dans notre coin", mais "trouver le juste équilibre", a précisé le ministre.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Résumé conducteur fou à Marseille

Près de chez vous

Les + Lus