Ibrahima Kaba, le jeune Guinéen, de retour au lycée Saint Exupéry de Marseille

Le lycée Saint Exupéry de Marseille s'est mobilisé pour obtenir la libération d'Ibrahima Kaba.  / © F3
Le lycée Saint Exupéry de Marseille s'est mobilisé pour obtenir la libération d'Ibrahima Kaba. / © F3

Ibrahima Kaba, le jeune migrant guinéen de 19 ans, scolarisé au lycée Saint Exupéry de Marseille, a quitté le centre de rétention sur décision de la Cour d'appel d'Aix-en-Provence. Il est libre. Prochaine étape, obtenir le droit d'asile pour rester en France.

Par Annie Vergnenegre

Au lycée Saint-Exupéry de Marseille, Ibrahima Kaba a retrouvé ce lundi sa classe et ses camarades. Ces dernières semaines, le lycée tout entier s'est mobilisé pour le jeune orphelin, demandeur d'asile guinéen de 19 ans, placé mardi dernier en centre de rétention à Nice après son refus de monter dans un avion en vue de son expulsion.

Irrégularités dans la procédure

Vendredi, la Cour d’appel d’Aix-en-Provence a examiné sa demande de remise en liberté. "La délibération a été très longue", raconte Bernadette de RESF, Ibrahima a été reconduit à Nice pour être à nouveau placé en détention au centre de rétention, et c'est sur le chemin qu'il a appris la bonne nouvelle."

Bonne nouvelle pour Ibrahima, car la cour d'appel a ordonné sa remise en liberté au motif d’irrégularités dans la procédure. Le jeune homme n'a pas eu à retourner dormir en cellule. 

Retour à Marseille

Selon RESF, Ibrahima ne retournera pas en centre de rétention. Pour autant la situation administrative d'Ibrahima Kaba n'est pas régularisée."La prochaine étape, explique RESF, c'est d'obtenir du préfet le droit d'asile en France". Là où ça se complique pour le jeune Guinéen, c'est qu'il est considéré comme en fuite par les services de la préfecture, etsa demande pourrait ne pas être examinée avant 18 mois du faitdles accords de Dublin

L'attente se poursuit donc pour Ibrahima Kaba avec cette épée de Damoclès toujours au-dessus de lui, mais il devrait en attendant pouvoir poursuivre la formation qu'il a entamée le 9 janvier au lycée Nord de Marseille. 

Procès médicaments contrefaits

Près de chez vous

Les + Lus