Marseille : un homme tué par balles à la cité Les Lauriers

Cité des Lauriers dans le 13 ème arrondissement de Marseille / © Photo Gilles Guérin
Cité des Lauriers dans le 13 ème arrondissement de Marseille / © Photo Gilles Guérin

Un homme de 20 ans a été tué par balles à la cité des Lauriers à Marseille. C'est la 2 ème victime en moins de trois semaines tuée par arme à feu dans cette cité des quartiers nord de Marseille. Les nombreuses opérations de police ont entraîné aux Lauriers une désorganisation du trafic de drogue.

Par Ghislaine Milliet

Nouvelle victime par arme à feu à la cité des Lauriers, dans le 13 ème arrondissement de Marseille. Un jeune homme de 20 ans est décédé cet après-midi des suites de ses blessures, avant l'arrivée des marins pompiers, vers 15heures. 
Il s'agit de la deuxième victime tuée par balles en l'espace de quelques jours.
Le 28 février dernier, un autre jeune, Kévin, 21 ans, était tombé sous les balles d'un fusil de chasse. Grièvement blessé, il avait été transporté à l'hôpital Laveyran, mais n'avait pas survécu à ses blessures. La victime était "défavorablement connue des services de police".
Le 25 octobre 2015, un règlement de comptes aux Lauriers avait déjà fait trois morts, dont deux adolescents de 14 et 15 ans. Soulevant l'émoi parmi les habitants.

Une cité sous haute surveillance de la police

La cité des Lauirers fut longtemps un haut-lieu du trafic de stupéfiants. Mais depuis deux ans, elle est dans le collimateur de la police, qui ne cesse d'organiser des descentes de forces de l'ordre. 
En mai 2015, à la suite de l'interpellation d'une trentaine d'individus, le préfet de police Laurent Nuñez expliquait que la cité des Lauriers retenait "toute l'attention de la police". Et que l'action des forces de l'ordre était "sans relâche".
Durant l'année 2016 une quinzaine d'interpellations a eu lieu aux Lauriers "pour infraction à la législation sur les stupéfiants". 
Pour la préfecture, l'action sans relâche de la police a "empêché une reprise durable du trafic dans la cité", précisait-elle dans un communiqué de novembre 2016.
Le démantèlement du trafic de stupéfiants a entraîné une lutte guerrière entre bandes rivales pour tenter de récupérer la place aux Lauriers.






A lire aussi

Sur le même sujet

Résumé conducteur fou à Marseille

Près de chez vous

Les + Lus