La ministre de la culture va protéger une partie du site grec de la Corderie à Marseille

© Maxppp/ VALérie Vrel
© Maxppp/ VALérie Vrel

Découverts en octobre 2016, au démarrage d'un chantier d'immeuble boulevard de la Corderie à Marseille, les vestiges grecs ont immédiatement mobilisés les riverains. La ministre de la culture François Nyssen a promis vendredi de protéger une partie du site antique.

Par Annie Vergnenegre

La ministre de la culture Françoise Nyssen a pris vendredi un engagement au nom du gouvernement. Celui de protéger une partie du site grec découvert à Marseille lors d'un chantier de construction d'immeuble dans une ancienne carrière, boulevard de la Corderie dans le quartier Saint Victor.

600 m2 classés


Ce sont ainsi  600 m² qui devraient être classés au titre des Monuments historiques. Par ailleurs, une servitude devrait permettre au public d'accéder au site. Depuis la mise au jour des vestiges en octobre dernier, les riverains s'étaient mobilisés pour demander la création d'un musée à ciel ouvert. 
 
Le nouveau député FI du secteur, Jean-Luc Mélenchon a relayé l'inquiétude du collectif de riverains. Reçus hier par la ministre, ils ont eu confirmation que le projet immobilier se ferait tout en préservant ces vestiges.

Sur sa page Facebook, l'ancien député Michel Pezet a salué ce premier pas décisif, regrettant que "certains, tels le geai paré des plumes du paon, cherchent à faire croire que leur coup de menton tardif explique ce premier succès".

C’est une première victoire pour l’ensemble des marseillais qui se sont mobilisés depuis plus de deux mois pour tenter de préserver un site archéologique d’une dimension exceptionnelle datant du Vè siècle avant JC.

Il appelle cependant à maintenir la mobilisation afin de "pleinement convaincre la mairie de Marseille pour qu’elle accompagne et qu’elle amplifie maintenant la décision de la ministre de la Culture." La pétition allant dans ce sens mise en ligne a pour l'heure recueilli plus de 9000 signatures. 

Un site majeur à Marseille


Alain Nicolas, docteur en archéologie, conservateur en chef des musées de France et fondateur du Musée d’Histoire de Marseille a souligné l'importance scientifique de ce site qui s'étend sur 4000 mètres carrés :

"cette carrière est une découverte extrêmement importante pour l’histoire de Marseille et de ses habitants, car on n’en connait nulle autre pour cette époque.

De plus le Vème siècle avant JC est la période pendant laquelle les premiers marseillais, arrivés de Phocée vers -600, ont commencé à construire leur ville qui possédait plusieurs temples, au moins un stade et d’autres bâtiments publics et privés dont les pierres ont sans aucun doute possible été extraites de cette carrière de La Corderie.

Il s’agit donc d’un site qu’il est indispensable de conserver et aménager d’un façon proche de celle du Jardin des Vestiges au Centre Bourse pour garder une partie de la mémoire de l’une des villes les plus anciennes d’Europe".



A lire aussi

Sur le même sujet

Dans le Var les vignerons vendanges dès 3 heures du matin

Près de chez vous

Les + Lus