Parc national des Calanques : 3 tarentes capturées illégalement sont relâchées

© IVN-PNCal
© IVN-PNCal

Trois reptiles capturés dans le Parc national des Calanques ont été relâchés dans leur milieu naturel. Ces tarentes de Maurétanie, capturées illégalement, ont retrouvé leur milieu naturel.

Par Nathalie Deumier

Pendant une mission de police pilotée par le Parc National des Calanques, en partenariat avec l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS), les inspecteurs de l’environnement ont constaté la capture et la détention de trois tarentes de Maurétanie au coeur du Parc National. Cette espèce étant protégée en France, une enquête a été ouverte. Un procès-verbal a été établi et transmis au Procureur de la République près le TGI de Marseille. Le matériel de capture a été saisi.

Les 3 tarentes, qui venaient d’être capturées et étaient toujours en bonne santé, ont pu être relâchées dans leur milieu naturel.

Lâcher de tarentes / © ONCFS-PNCal
Lâcher de tarentes / © ONCFS-PNCal

Qui est la tarente ? 

Aussi appelé « gecko des murs » ou « drago », la tarente de Maurétanie est un reptile que l’on retrouve sur l’ensemble du pourtour méditerranéen, parfois loin à l’intérieur des terres. Elle mesure entre 10 et 16 cm, et possède une peau parsemée de petites protubérances qui lui confèrent un aspect trapu et rugueux. Grâce à ses pattes pourvues de pelotes adhésives, la tarente de Maurétanie peut se déplacer aisément sur les zones pierreuses qu’elle affectionne particulièrement (murs, falaises, rochers). Elle se nourrit d’arthropodes (araignées, papillons, mille-pattes...), notamment à la tombée de la nuit. Son type de chasse : à l’affût. Patiente, elle reste cachée en silence et attend qu’une proie passe à portée.

Rappel du cadre réglementaire


Afin de préserver la faune française et de contribuer à la survie des espèces sauvages, la réglementation relative à sa protection impose certaines interdictions. Les articles L411-1 et 2 du code de l’environnement fixent les principes de protection des espèces et prévoient notamment l’établissement de listes d’espèces protégées.

 

© Camille Crespo Del Amo
© Camille Crespo Del Amo


La loi protège ces espèces  


La tarente de Maurétanie fait partie des espèces listées par l’arrêté ministériel du 19 novembre 2007 fixant « les listes des amphibiens et des reptiles protégés sur l’ensemble du territoire et les modalités de leur protection ». Ce dernier précise notamment, concernant cette espèce, que sont interdits en France :
- L’atteinte aux spécimens (la destruction, la mutilation, la capture, ou l’enlèvement, des animaux quel que soit leur stade de développement) 
- La perturbation intentionnelle des animaux dans le milieu naturel 
- La dégradation des habitats, et en particulier les éléments physiques ou biologiques réputés nécessaires à la reproduction ou au repos de l’espèce considérée 
- La détention, le transport, la naturalisation, le colportage, la mise en vente, la vente ou l’achat, l’utilisation, commerciale ou non, des spécimens prélevés dans le milieu naturel.

En savoir sur les textes juridiques et les espèces protégées présentes en région Provence Alpes Côte d’Azur.

Interdiction au coeur du Parc national des Calanques :
- D’introduire des animaux non domestiques, quel que soit leur stade de développement 
- De porter atteinte aux animaux non domestiques, quel que soit leur stade de développement 
- De détenir ou transporter des animaux non domestiques, quel que soit leur stade de développement 
- D’emporter, de mettre en vente, de vendre ou acheter des animaux non domestiques en provenance du coeur du parc national.


A lire aussi

Sur le même sujet

Copie de la Coupe du Monde au Mucem

Près de chez vous

Les + Lus