Triple assassinat des Pennes-Mirabeau : le procès en appel s'ouvre sous haute surveillance

© GERARD JULIEN / AFP
© GERARD JULIEN / AFP

Le procès en appel de trois Marseillais poursuivis pour un triple assassinat commis le jour de Noël 2011 sur fond de trafic de stupéfiants s'est ouvert ce lundi sous haute surveillance policière devant les assises de Draguignan.

Par AFP

Trois Marseillais comparaissent depuis ce lundi devant la cour d'assise du Var pour un triple assassinat commis le jour de Noël 2011 sur fond de trafic de stupéfiants à Marseille.

Des bandes rivales toujours en activité

Le parquet avait demandé de sécuriser le palais de justice car il s'agit de "faits d'une extrême violence et un dossier de règlement de comptes avec des bandes rivales toujours en activité"

De fait le 9 février, un juge de Marseille a mis en examen, pour un autre triple assassinat commis le 2 avril 2016, quatre hommes, parmi lesquels figure Lenny Albarello, le petit frère d'une des trois victimes du "barbecue" de 2011, suspecté d'avoir voulu venger ainsi la mort de son aîné.

Deux des trois victimes du règlement de comptes de 2016 auraient dû être entendues comme témoins dans le procès en appel qui s'est ouvert lundi.

Pour le "barbecue" --une méthode qui consiste à brûler des corps après un assassinat-- commis en 2011, Sami Ati, 34 ans, considéré comme le chef d'un réseau de trafiquants et le commanditaire des assassinats, ainsi qu'Abdelatif et Mohamed Laribi, 26 et 27 ans, deux frères tenus pour les exécutants, avaient été condamnés en décembre 2015 par la cour d'assises des Bouches-du-Rhône, en première instance, à 25 ans de réclusion criminelle assortis d'une période de sûreté des deux tiers.

Le 25 décembre 2011, Sonny Albarello, 20 ans, Nouri Oualan et Mohamed Bouhembel, 19 ans, trois jeunes de la cité des Micocouliers dans le 14e arrondissement de Marseille, étaient venus se procurer du cannabis en gros, 60.000 euros de liquide en poche, à la cité Bassens (15e arr.), un supermarché de la drogue tenu selon l'accusation par les frères Laribi, lorsqu'ils avaient été attirés dans une impasse puis tués.

Un "contrat" de 150000 euros

Leurs corps avaient été retrouvés quelques heures plus tard par les pompiers dans une voiture en feu dans une pinède des Pennes-Mirabeau, au nord de Marseille. La méthode du "barbecue" est parfois utilisée dans les règlements de comptes tant pour effacer les preuves que pour impressionner les rivaux.

Selon l'enquête, un différend avait motivé ce règlement de comptes : Sonny Albarello avait évincé son ancien "boss" Sami Ati à la tête du trafic de drogue dans la cité des Micocouliers. Ce dernier, voulant récupérer sa place, avait alors lancé un contrat contre son rival, en offrant 150.000 euros. Trois mois avant le triple assassinat, Sonny Albarello, qualifié de "trop gourmand" par des témoins, avait en outre tiré cinq balles dans les jambes de Sami Ati.

Sur le même sujet

Bilan des vacances d'hiver à la Colmiane (06)

Près de chez vous

Les + Lus