Edouard Philippe Premier Ministre : réactions sur la Côte d'Azur

Edouard Philippe, Premier Ministre. / © AFP
Edouard Philippe, Premier Ministre. / © AFP

La nomination du juppéiste Edouard Philippe à Matignon ce lundi 15 mai succite de nombreuses réactions parmi les personnalités politiques locales. Au sein de son propre parti, Les Républicains, les élus sont divisés sur la conduite à tenir.

Par Rédaction Web

Le député-maire Les Républicains du Havre, Édouard Philippe, a été nommé Premier ministre par le président de la République Emmanuel Macron,
a annoncé lundi le secrétaire général de l'Élysée.

À 46 ans, cet élu de droite et fidèle d'Alain Juppé, dont la nomination était pressentie, devient le plus jeune chef de gouvernement depuis Laurent Fabius en 1984. Édouard Philippe est un proche de longue date d'Alain Juppé, dont il fut le secrétaire général à la tête de l'UMP (devenue LR) de 2002 à 2004.

En nommant un Premier ministre de droite après cinq ans de quinquennat socialiste, Emmanuel Macron, qui a défini son mouvement La République
en marche! comme "et de droite, et de gauche", abat la première carte de sa "recomposition politique".

Une nomination qui a fait réagir dans l'aprés-midi différentes personnalités politiques azuréennes.

Au sein de la propre famille politique d'Edouard Philippe, divisée sur la position à tenir :

Eric Ciotti, député et président du Conseil Général des Alpes-Maritimes Les Républicains :

"En acceptant de s'associer avec Emmanuel Macron pour poursuivre la politique désastreuse de François Hollande, Edouard Philippe se place de fait en marge de notre famille politique. Je regrette qu’ Edouard Philippe troque ses convictions pour un poste et participe ainsi à l'opération de déstabilisation de la droite et du centre menée par Emmanuel Macron."
 

Réaction toute différente de Christian Estrosi, fraîchement réélu maire de Nice (Les Républicains). Il fait partie de la vingtaine d'élus LR et UDI, dont des juppéistes et lemairistes, qui dans un communiqué commun jugent que  leurs familles politiques "doivent répondre à la main tendue" par Emmanuel Macron, qui vient de nommer Premier ministre Edouard Philippe, issu de leurs rangs. Cette nomination "représente un acte politique de portée considérable" et "la droite et le centre doivent prendre la mesure de la transformation politique qui s'opère sous leurs yeux".

David Lisnard, maire de Cannes Les Républicains :


Réactions du côté du Front National : 


David Rachline, sénateur-maire de Fréjus, Front National :


Olivier Bettati, conseiller régional et conseiller municipal de Nice, Front National :

"La longue faillite morale de la droite s'accentue avec la nomination d'un membre important des "Républicains" comme Premier ministre. Dès la nomination d’Édouard Philippe, Bernard Accoyer, secrétaire général des Républicains, s'est précipité pour indiquer qu'il était hors de question d'exclure Édouard Philippe. Tout est dit..."


Enfin, cette réaction au sein de la gauche azuréenne :

Robert Injey, candidat communiste aux élections législatives :

"Cette nomination illustre, si il en était besoin, que le ni gauche ni droite du nouveau Président cache en réalité les vieilles recettes des politiques libérales".

La composition du reste du gouvernement, qui devrait comporter d'autres personnalités de LR et du MoDem de François Bayrou, devrait être dévoilée demain mardi, avant le premier Conseil des ministres du quinquennat programmé mercredi.

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Bilan après l'effondrement et le tsunami du 16 octobre 1979

Près de chez vous

Les + Lus