Gap : rassemblement en soutien à des réfugiés en grève de la faim

Près de 300 personnes se sont rassemblées samedi pour contester la prochaine expulsion de jeunes migrants. En vertu des accords de Dublin, les réfugiés doivent être renvoyés dans leurs pays d'entrée en Europe. 

Par Ghislaine Milliet

Il y avait près de 300 personnes rassemblées hier devant la préfecture des Hautes-Alpes à Gap, en soutien à des réfugiés qui ont entamé une grève de la faim contre leur prochaine expulsion.

21 migrants, âgés entre 20 et 30 ans, venus du Soudan, d'Afghanistan et d'Erythrée disent ne pas comprendre pourquoi ils sont maltraités

a déclaré Jean-Michel Flandrin, membre de l'inter-collectif Migrants des Alpes du Sud.
Deux réfugiés "sont menacés d'expulsion vers la Norvège, leur pays d'entrée" dans l'Union européenne en vertu de l'accord de Dublin, a expliqué Jean-Michel Flandrin.

L'asile c'est pas l'idylle mais Dublin c'est inhumain

pouvait-on lire sur l'une des banderoles accrochées aux grilles de la préfecture, à côté d'un bateau gonflable rappelant le moyen de traversée de la Méditerranée. Dans la foule, des enfants portaient des gilets de sauvetage, qui font souvent défaut aux candidats à l'émigration.
Les associations demandent au préfet un aménagement de la directive, rappelant que "les migrants n'ont pas commis un trouble à l'ordre public". La préfecture, invoquant le devoir de réserve en période électorale, n'a pas souhaité "faire de
commentaire".

Ca fait plaisir au coeur de voir ces personnes qui veulent nous aider

confie Ibrahim, 20 ans, arrivé de Côte d'Ivoire en janvier dernier. Il confie : "Je suis menacé d'expulsion vers l'Italie où j'ai été forcé de donner mes empreintes en descendant du bateau. Si ma situation est régularisée, je souhaite m'installer
ici ". A son arrivée, Ibrahim avait été pris en charge à Briançon par la Mission d'accueil des personnes étrangères.


Sur le même sujet

Activités rugby sur Promenade du Paillon

Près de chez vous

Les + Lus