La SNSM lance un “appel de détresse”

La Société nationale de sauvetage en mer a célébré ce jeudi la première journée nationale des Sauveteurs en mer avec des démonstrations destinées à sensibiliser le public au travail réalisé par les bénévoles de cette association.

Par DD avec AFP

Une mission de service public en danger


En France, chaque année, 8.000 personnes sont secourues par la SNSM, qui réalise plus de la moitié des opérations de sauvetage en mer sur les trois façades maritimes. Cette association est composée de 7.000 bénévoles et de seulement 75 salariés. Elle assure les sauvetages en mer sous la coordination des Centres régionaux opérationnels de surveillance et de sauvetage (Cross). Mais son budget reste très fragile.


Sans le soutien du plus grand nombre, la SNSM ne pourra pas durablement continuer à assurer ses missions, Jacques Gheerbrant, son vice-président


"Au jour le jour, la SNSM ça fonctionne, mais quand on a un programme de renouvellement de bateaux (...) il nous faut une certaine visibilité financière", a souligné M. Gheerbrant. La SNSM doit remplacer d'ici dix ans 40 de ses plus gros navires hauturiers, des embarcations dont le prix unitaire avoisine 1,4 million d'euros. Actuellement, 80% des ressources de l'association proviennent de dons privés, le reste étant financé par l'Etat et les collectivités territoriales.

Un appel aux plaisanciers


Cette année, les donateurs sont au nombre de 80 000 pour un don de 80 euros en moyenne. Insuffisant. Le président, Xavier de la Gorce, dans une interview accordé au site "mer et Maritime", tire la sonnette d'alarme : " ...c’est insuffisant et nous en appelons à la solidarité des usagers de la mer et du littoral. Nous avons en effet des millions de personnes qui fréquentent les plages et des dizaines de milliers d’usagers de la mer, dont 650.000 plaisanciers actifs pour un total de 4 millions de plaisanciers selon les chiffres officiels. Sachant que les plaisanciers représentent 80% de nos interventions, si seulement 150.000 nouveaux donateurs faisaient un chèque ne serait-ce que 30 euros, défiscalisables au deux tiers, nous aurions 4.5 millions d’euros de plus par an et serions sauvés."


Pour 2017, la SNSM bénéficie du label Grande cause nationale et, pour la première fois dans son histoire, une cinquantaine de ses bénévoles participera cette année aux célébrations du 14 juillet à Paris.

A lire aussi

Sur le même sujet

Filière djhadiste à Menton : qui étaient les hommes arrêtés ?

Près de chez vous

Les + Lus