Orange : obligée de retirer son voile pour voter, elle porte plainte

© Laurent Theillet Maxppp
© Laurent Theillet Maxppp

Une électrice musulmane affirme avoir été obligée de retirer son voile pour pouvoir voter lors du second tour de l'election présidentielle à Orange, mairie d'extrême-droite dirigée par Jacques Bompard de la Ligue du Sud. Elle a décidé de porter plainte.

Par Annie Vergnenegre

"Madame, vous enlevez votre voile. C’est la loi, sinon vous ne votez pas."


A Orange, mairie dirigée par la Ligue du Sud, lors du second tour de l'élection présidentielle, une électrice musulmane s'est vue intimer l'ordre de retirer son voile pour pouvoir glisser son bulletin dans l'urne, selon une information révélée par France Bleu Vaucluse.

L’assesseur a affirmé être dans l'incapacité de la reconnaîte sur sa photo d’identité. Le président du bureau de vote appelé à la rescousse aurait alors demandé à la quinquagénaire de retirer son voile islamique. La citoyenne s'est pliée à la demande mais depuis, elle a décidé de porter plainte. 

Principe de laïcité


"Cette femme avait le droit d’aller voter, dans une école ou une mairie, vêtue de son voile islamique», selon Patrice Rolland, juriste et professeur à l’Université Paris-XII Val-de-Marne spécialisé sur les questions de droit et de libertés, interrogé par le quotidien Libération, qui précise :
"si la loi du 11 octobre 2010 interdit le port de toute tenue visant à dissimuler son visage dans l’espace public, c’est au nom de la sécurité publique et non de la laïcité. Le voile islamique, qui couvre la tête et le cou, mais laisse le visage découvert, n’est donc pas concerné. Cette mesure est rappelée dans une circulaire du ministère de l’Intérieur sur le déroulement des opérations électorales."

D'autres cas dénonces le CCIF


Toujours selon Libération, "le CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France) affirme avoir été informé de plusieurs cas similaires qui se seraient déroulés, dans plusieurs villes, lors du premier tour de l’élection présidentielle." 

La mairie de Jacques Bompard contactée par le journal, soutient qu'il était impossible d'identifier l'électrice, mais qu' "à aucun moment, il ne lui a demandé de retirer son voile.»



Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Grève des éboueurs et blocage de centres de transferts à Marseille

Près de chez vous

Les + Lus